Manifestation contre le bradage du foncier à Ouakam : Comment la gendarmerie a maté les jeunes

L’air de Ouakam d’hier a été viciée par l’odeur des gaz lacrymogènes. Les habitants du village, regroupés autour du Collectif des jeunes de Tank, ont affronté les gendarmes toute l’après-midi d’hier en se lançant dans une course-poursuite dans les ruelles de la commune. Au finish, selon le journal «Le Quotidien», plusieurs manifestants ont été arrêtés et deux gendarmes blessés. A la question de savoir : Pourquoi cette subite montée de la violence? Les jeunes manifestants rétorquent : il ‘agit de protester contre le bradage des terres de la localité qui, disent-ils, ont été vendues par le promoteur Mbackioy Faye.

Féru de colère, le Collectif des jeunes de Tank dénonce le comportement de M. Faye qui est accusé d’avoir profité de sa proximité avec le défunt régime de Me Abdoulaye Wade pour s’emparer de plusieurs hectares de terrain dans la localité.

Au-delà de ce terrain, plusieurs autres qui ont été «bradés par les hautes autorités de l’Etat», rapporte le journal, attisent la colère des jeunes. Il s’agit d’un terrain de 21ha situé entre Boa et le Virage qui est en train d’être aménagé par le ministre du Renouveau urbain, de 23ha octroyés à l’Ipres et celui de 4 ha. Ce dernier, dit-on, est l’origine de la contestation d’hier.

Selon une source qui s’est confiée au journal, les jeunes ont décidé de supporter les frais de bornage après avoir informé le gouverneur de Dakar et le sous-préfet. «Mais les gendarmes les ont chargés sans aménagement. C’est pour cette raison qu’ils se sont révoltés. Dans les prochains jours, d’autres villages vont se soulever pour dénoncer cette situation», explique un manifestant très agité et visiblement gagné par la colère.