Mahammed Dionne, le seul qui se bat pour le PSE…Où sont les alliés du Président ? Ils ne parlent jamais du PSE

Déjà trois années que le compagnonnage va tant bien que mal. Dans l’attelage gouvernemental, ministres socialistes et progressistes tiennent bien les rampes de leurs départements. Mais le Plan Sénégal émergent qui se veut une grande révolution agraire, industrielle, n’est pas porté au sein de Benno Bokk Yakaar.
Le Premier Ministre fait du développement du Sénégal, son cheval de bataille. Le Plan Sénégal émergent, il veut le voir décoller. Mouhamet Dionne est malheureusement seul dans ce combat. Au sein de la mouvance présidentielle, ils ne sont pas très nombreux, ceux qui «vendent» le projet. Dans la galaxie Benno Bokk Yakaar, toutes les occasions sont bonnes, pour fuir ce débat. Dans les différents états-majors politiques, Macky Sall a bien servi ses alliés. Avec des postes de choix, juteux. Comme la Présidence de conseils d’administration. Pourtant, ces Hommes et femmes ne mouillent pas le maillot Plan Sénégal émergent. Aujourd’hui, les conseils de ministres délocalisés sont de bonnes occasions, pour les alliés d’aller dans les campagnes. Et être aux côtés du Président Macky Sall. Ils sont dans les bonnes conditions physiques et financières, pour soutenir le paysan de Goudiry, appuyer une famille religieuse, dans une campane agricole, construire des infrastructures hôtelières, au moins pour accueillir les hôtes. Aujourd’hui, il est regrettable qu’aucune de ces localités qui accueillent l’équipe gouvernementale ne dispose de logements dignes du nom. Mais, il est aussi regrettable de voir les hameaux du Sénégal, toujours dans la précarité. Que ce serait beau de voir, dans les villages, de grandes huttes en paille, comme le style des grands réceptifs hôteliers, avec toutes les commodités. Si ce n’est l’eau si rare de la Sde ou l’électricité pas accessible de la Senelec, le monde rural peut recourir aux énergies renouvelables, comme l’éolienne, le solaire, les biocarburants, etc.
Les terres sénégalaises sont riches et le contribuable sénégalais n’y est pas allé main morte, pour faire émerger des vagues d’ingénieurs agronomes, savants, chercheurs, etc. Nous avons de bons médecins vétérinaires, pour apporter leur ingénierie aux pasteurs. La fraise, le raisin poussent au Sénégal. Et progressistes, socialistes, apéristes, libéraux peuvent se battre sur ces terrains. Un monde rural qui va donner le premier coup de pioche, pour enfin une autosuffisance. Pourquoi à l’heure où les paysans se débattent pour écouler leurs productions d’oignons, des pays comme la Centrafrique achètent le kilo à deux mille francs ? Le Ministre Alioune Sarr vient de marquer des points, en scrutant l’horizon ivoirien. On ne demande que cela dans un pays où les populations ne sont pas trop compliquées. L’émergence, ce n’est pas dans les séminaires, c’est un travail de terrain. D’imaginations, de créations. Le Sénégal est un et indivis. Aujourd’hui, si Abdoulaye Wade marque encore les esprits, du fait de sa grande vision des infrastructures et des grands projets, Macky Sall a trouvé la voie, pour un monde rural, loin de la précarité. Il est temps qu’au niveau de Benno, on rende la monnaie.
Rewmi.com