Madani Tall, un ex de la Banque Mondiale au cœur d’un marché de marché de 150 milliards

Un scandale d’Etat révélé par Actusen

Après les révélations faites par l’inspecteur de Impôts, Ousmane Sonko, par ailleurs leader du parti PASTEF sur la société ‘’Envol immobilier’’ attributaire du marché ‘’de gérer à gré’’ de 150 milliards, Actusen.com revient sur cette affaire pour dévoiler l’identité  des propriétaires de ladite société.

En effet, votre Site, qui a mené ses investigations, est en mesure de dire que ‘’Envol immobilier’’ a été fondée par le Malien Madani Tall, ancien représentant résident de la Banque mondiale au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Après son départ de cette institution, le 1er janvier 2014, Madani Tall, devenu, aujourd’hui, Consultant, a créé cette Société, dont la gestion est confiée  à Moktar Thiam, ancien représentation de la Banque Mondiale en Mauritanie.

ENVOL IMMOBILIER SENEGAL SA

Les bizarreries d’un Projet

Pour en savoir davantage, Actusen.com s’est rendu au Siège de « Envol immobilier » niché dans le quartier huppé des Almadies. Sur place, nous avons cherché à rencontrer les responsables de la Société,  mais nous tombons sur la sécurité qui nous suggère de chercher une audience. Ce que nous fîmes.

Mais, quelques minutes plus tard, nous recevons un appel de Madani Tall, lui-même qui, après avoir été briefé, nous a promis de nous mettre en rapport avec son conseiller en Communication, Mbaye Sèye.

Ce dernier nous contacte et nous donne rendez-vous, dans un endroit privé. Interpellé sur les accusations de Ousmane Sonko, M. Sèye, qui était visiblement agacé par cette affaire, répond de manière sèche : ‘’tout ce que Sonko a raconté, c’est faux !’’.

Croyant pouvoir jouer sur notre conscience, le Sieur Seye de nous dire, au détour de notre rendez-vous, ‘’je pensais qu’en venant, ici, nous allions parler et voir comment faire pour vulgariser Envol immobilier. Nous allons lancer prochainement des bureaux dans la sous-région et nous aurons besoin de vous (Ndlr : Actusen.com) pour nous accompagner’’.

Mais Actusen.com, qui a compris son jeu, dès le départ, rétorque au chargé de Communication de Madani Tall : ‘’moi, je suis là pour mener mes investigations et je pensais que vous alliez apporter des réponses à mes questions. Je voudrais savoir quelle est la part de vérité dans cette affaire ?’’.

Devant  l’impossibilité de nous répondre, notre interlocuteur nous renvoie à l’Administrateur de « Envol immobilier ». ‘’Il n’y a que Moktar Thiam, qui puisse répondre à vos questions. Je vais vous trouver un rendez-vous et je vais vous appeler ’’, nous dit le conseiller en Communication de « Envol immobilier », avant de prendre congés de nous.  Après une semaine d’attente, Mbaye Sèye ne fera pas signe de vie.

Madani Tall, patron de « Envol immobilier » : « c’est un marché de 50 milliards et non 150 milliards »

Nous avons contacté, de nouveau, le patron de « Envol de immobilier ». Joint par téléphone, Madani Tall, qui, dans un premier temps, s’est montré réticent à notre égard, acceptera enfin de nous parler. Et c’est pour battre en brèches les accusations de Ousmane Sonko. D’abord, il soutient qu’il n’y a pas eu de gré à gré dans ce marché de construction de la Cité ministérielle et tout s’est passé dans les règles de l’art.

‘’Tout ce qu’on raconte, c’est des histoires. Ce projet (construction de la Cité ministérielle à Diamniadio) est un Partenariat public-privé, qui implique des personnalités respectables et des banques. La Société chinoise, chargée d’exécuter les travaux, est très connue pour son expertise’’, indique l’ancien représentant de la Banque Mondiale au Sénégal. Quid du coût du projet ? Madani Tall  précise : ‘’le projet a coûté 50 milliards et non 150 milliards F Cfa’’.

Sur quelle base ce projet a-t-il été ficelé ? Quelle est la contrepartie de l’Etat dans ce projet ? Pourquoi l’Etat a inscrit 9 417 000 000 F Cfa au titre de l’avance de démarrage des travaux au profit de « Envol immobilier » dans la Loi de finance rectificative (LFR), comme l’affirme Ousmane Sonko?

Autant de questions auxquelles, malheureusement, Actusen.com n’aura pas de réponses. Car Madani Tall n’a pas souhaité aller plus loin. Il nous a proposé de  nous accorder une interview, mais, dit-il, ce serait après le lancement officiel des travaux.

Au Ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, tout comme à la Direction des Investissements : c’est l’omerta

Refusant le dilatoire que semblent faire les autorités de « Envol immobilier », Actusen.com a poussé ses investigations qui le conduisent au FONSIS, sensé piloté ce projet. Malheureusement, ses tentatives (Téléphone, mail) pour entrer en contact avec les responsables sont restées vaines.

Votre Site a pu contacter le Directeur des Investissements, Lat Diop, mais ce dernier n’a pas été en mesure de nous renseigner. ‘’Franchement, je ne connais rien de ce dossier’’, nous dit-il, au bout du fil.  Idem au Ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie. ‘’Nous ne pilotons pas ce projet’’, nous dit le chargé de communication dudit Ministère.

En tout cas, dans le site du Ministère de l’Economie, des Fiances  et du Plan, parcouru par Actusen, on peut bien lire, dans la rubrique ‘’la loi de finance rectificative 2016 ‘’ : ‘’le projet de construction de cités ministérielles bénéficiera d’un financement de neuf milliards quatre-cent-dix-sept millions (9 417 000 000) francs Cfa, au titre de l’avance de démarrage des travaux.

Ces infrastructures, outre le fait qu’elles permettront d’installer environ 30.000 fonctionnaires et de désengorger Dakar, vont faire baisser la location de bâtiments administratifs à usage de bureau de l’ordre de quatre milliards (4 000 000 000) francs Cfa par an.’’

Identité de « Envol immobilier »

Créée le 22 décembre 2015, « Envol immobilier » a été enregistré à l’APIX, sous le registre de commerce Numéro SNDKR2015B26056  et son Ninea sous le numéro 005754321. C’est une Société anonyme, qui a une durée de vie de 99 ans avec un capital de 10 000 000 F Cfa.

Ses domaines d’activité sont  la gestion immobilière, l’acquisition, la promotion immobilière et toutes activités connexes ou complémentaires.

Daouda Gbaya (Actusen.com)

 

1 Comment

  1. DES PERSONNES QUI N’ONT RIEN CONSTRUIT DANS CE PAYS ,ILS EMPECHENT LES AUTRES DE LE FAIRE .
    NOUS SOMMES EN CHANTIER ,L’ETAT N’A PAS DU TEMPS A PERDRE .
    LE PARTI DES REALISATEURS CONTRE LE PARTI DES BAVARDEURS .

Les commentaires sont fermés.