Macky surveille Idy…Policiers et Indics mobilisés pour guetter, pister et renseigner sur la tournée de Rewmi

Loin du débat entre alliés de Benno Bokk Yakaar, le président de Rewmi, Idrissa Seck qui continue de tisser sa toile à travers sa nouvelle stratégie politique sous-tendue par des tournées de proximité, est surveillé comme du lait sur le feu. Pisté par les «apéristes» de la zone Sud, il fait l’objet d’une attention particulière des services de renseignement de l’Etat.
Les tenants du pouvoir ne comptent pas laisser à Idrissa Seck le loisir de dérouler son programme de redynamisation, de remobilisation et de massification de son parti, sans réagir à la mesure de l’offensive politique qu’il est en train de dérouler sous le concept de tournée de proximité.
Comme dans la zone de Matam où les Ministres de l’Hydraulique, Mansour Faye, de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, ainsi que le Président du Conseil d’administration (Pca) de l‘Aéroport International Blaise Diagne (Aidb), Abou Lô «avaient été dépêchés », dans le sillage d’Idrissa Seck, l’histoire se répète en Casamance.
Sur les traces du président du Conseil départemental de Thiès qui sillonne depuis plus d’une semaine la région naturelle de la Casamance, il nous revient que, c’est presque un chassé-croisé sur le terrain politique entre les hauts responsables de Rewmi et les dirigeants de l’Alliance pour la République (Apr) du président, Macky Sall actifs au niveau local.
En effet, le ministre conseiller, Benoît Sambou, que Grand’Place a tenté de joindre en vain avant de lui laisser un message, sillonne des localités déjà visitées par l’ancien Maire de la capitale du rail, Thiès. Durant tout le week-end passé, il a été aperçu en compagnie d’une forte délégation sur les traces d’Idrissa Seck.
Il s’est même rendu dans la localité de Tenghory où le leader de Rewmi avait été élevé au rang de fils de la famille Badjicounda. Sur un autre registre, il nous revient que la délégation des «Réwmistes» qui séjourne dans la zone stratégique du Sud ferait l’objet d’une attention particulière de la part des démembrements du ministère de l’Inté- rieur coacher par Abdoulaye Daouda Diallo.
Nos sources font état des éléments de la Bms (Brigade mobile de sûreté). En termes clairs, au moment où il poursuit sa tournée de proximité, dès lors qu’il est en contact direct avec les populations des localités les plus reculées du Sénégal, Idrissa Seck est surveillé comme du lait sur le feu. «Il n’y a rien d’extraordinaire dans cette situation.
Comme dans tout Etat organisé, les structures de surveillance et de sécurité de l’Etat veillent en permanence sur les leaders d’opinion. Ne serait-ce que pour leur propre sécurité. Pour dire que, c’est tout à fait normal », explique une source policière.

Grand place