Macky Sall veut couper les salaires des enseignants…Il envenime la situation des « preneurs d’otages »

Le président de la République cautionne les ponctions effectuées par le gouvernement sur les salaires du mois d’avril de certains enseignants. Macky Sall estime que les cours doivent d’abord reprendre et les grèves suspendues pour ensuite discuter avec les syndicats d’enseignants sur cette question. Il s’exprimait hier, vendredi 1er mai, à l’occasion de la cérémonie officielle de remise des cahiers de doléances des centrales syndicales.
Le président de la République est décidé d’en découdre avec les syndicats d’enseignants sur l’application des différents points de revendications posés par les enseignants. En plus de ne pas exclure une éventuelle année blanche, Macky Sall a encore enfoncé le clou pour approuver les ponctions effectuées par son gouvernement sur les salaires des enseignants grévistes.
Le chef de l’Etat souligne d’ailleurs que cette mesure a été prise selon les dispositions de la loi. «Soyons d’accord sur une chose, ce que nous avons fait, c’est la loi. Il n’y a rien d’inégal. Comme c’est indiscutable à partir de ce moment tout le reste est gérable», a t-il expliqué au moment où les négociations entre les deux parties achoppent toujours. Il l’a fait savoir hier, vendredi 1er mai, à l’occasion de la cérémonie officielle de remise des cahiers de doléances des centrales syndicales.
Interpellé avec insistance par le Secrétaire général de l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas), Mademba Sock, à faire preuve de clémence sur les salaires des enseignants ponctionnés, Macky Sall tranche net et se veut clair : « il faut d’abord que les cours reprennent. Cela doit être clair. Quand les cours vont reprendre et que le mot d’ordre sera levé, nous pourrons examiner en toute sérénité la demande». Avant s’empresser de relever : «j’attends la levée du mot d’ordre. Je vais recevoir les syndicats d’enseignants. A cette occasion, cette question pourra être résolue selon les modalités à convenir».