« Macky Sall a fait de l’enseignement supérieur un véritable levier de développement »

Dakar a abrité la première Consultation régionale initiée par l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) sur le thème : «Promouvoir les sciences, les mathématiques et les nouvelles technologies dans les systèmes éducatifs pour réussir la transformation structurelle de l’Afrique et pour construire des économies et des sociétés africaines du savoir ». Ce premier jalon posé au Sénégal, qui va jouer un rôle de leader dans la préparation et l’organisation de la Triennale prévue du 15 au 17 mars 2017 à Marrakech au Maroc, est une reconnaissance de la communauté éducative quant à la détermination dont fait montre le Président de la République, Macky Sall pour faire de l’enseignement supérieur et de la recherche et du secteur de l’Education et de la Formation, en général, un véritable levier de développement pour notre pays. Telle est la lecture du Ministre de l’Enseignement Supérieur, le Pr Mary Teuw Niane qui a présidé la cérémonie d’ouverture desdites consultations.

C’est dans ce cadre, dit-il, qu’il convient d’inscrire : les nombreux efforts ont été consentis par le Gouvernement du Sénégal depuis la Concertation nationale sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur (CNAES) et le Conseil présidentiel sur l’Enseignement supérieur tenu le 14 août 2013 à l’issue duquel onze décisions majeures qui servent d’orientations à l’enseignement supérieur et à la recherche de notre pays furent prises par le Chef de l’Etat. Aujourd’hui, les actions du Gouvernement du Sénégal se concrétisent à travers l’élargissement de la carte universitaire de notre pays, avec la création de deux nouvelles universités : l’Université Amadou Makhtar Mbow à Diamiadio et l’Université multi sites Université du Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niasse.

De plus, la création d’Instituts supérieurs d’Enseignement professionnel (ISEP) dans chaque région du pays, le démarrage de l’Université virtuelle du Sénégal en 2013, et la construction d’un réseau de cinquante Espaces numériques ouverts (ENO) dont au moins un Espace numérique ouvert dans chaque département du Sénégal, la construction en cours de deux Centres universitaires délocalisés à Kolda dans le Sud et Guéoul dans le Nord, contribueront certainement à réaliser une véritable équité territoriale pour ce qui concerne l’accès à l’enseignement supérieur et à la recherche.

Les efforts du Gouvernement, ajoute la tutelle, se laissent lire également à travers les réformes législatives de la gouvernance des universités publiques de notre pays. Pour hisser la qualité au niveau des standards internationaux, le Sénégal a créé l’Autorité nationale d’Assurance qualité (ANAQ Sup). L’autre ambition, c’est d’arriver au stade où les mathématiques, les sciences et la technologie occupent une place de choix dans la formation de ressources humaines capables de faire face aux défis économiques, sociaux auxquels sont confrontés nos pays. En d’autres termes, a indiqué le Pr Mary Teuw Niane, il est nécessaire que l’esprit mathématique et l’esprit d’innovation soufflent également sur nos pays, et sur notre Continent, pour que l’Afrique retrouve la place qui fut la sienne sur la scène internationale de la construction du savoir et de l’innovation.