Macky ne va se laisser abattre…Il prépare l’offensive contre l’opposition

Depuis un certain temps, l’opposition s’agite beaucoup, promettant le feu au régime en place. Mais, le patron de l’Apr et ses alliés ne comptent pas rester les bras croisés. Le président Macky Sall entend aller lui-même au combat, pour faire face à ses adversaires.

Que l’opposition se le tienne pour dit, le pouvoir ne compte pas lui libérer le champ pour dérouler sa stratégie. L’Apr ne compte pas abandonner le terrain politique au Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr), encore moins à la coalition Manko Wattu Sénégal. Il nous revient que dans la perspective des élections législatives prévues en 2017, le patron de l’Apr s’est résolu à monter au créneau pour leur disputer le contrôle de l’espace politique. Les camarades de Mamadou Diop Decroix et Malick Gakou qui entendent renouer avec les manifestations publiques dans les rues de Dakar, à partir du 14 octobre, vont se heurter à un plan bien élaboré et en phase de conditionnement dans les laboratoires politiques du président Macky Sall. Ce dernier serait en train de cogiter sur les stratégies idoines à mettre en œuvre, pour contrer et contenir ses adversaires dans le dernier trimestre de l’année 2016 et ensuite dérouler son programme du premier trimestre de 2017. Ce, après avoir exigé de ses responsables qu’ils taisent leurs querelles, de positionnement pour la plupart, pour se consacrer essentiellement à l’unité des militants, la synchronisation des actions, la massification du parti et l’élargissement des rangs de la coalition Benno Bokk Yaakar. Ainsi, à six mois de l’échéance, les dispositions matérielles utiles sont déjà en train d’être prises pour le démarrage de la précampagne électorale pour les prochaines législatives.

Stratégies. Les plans et autres stratégies du Président Sall pour damer le pion à ses adversaires seraient en discussion au niveau des hauts cadres de l’Apr choisis par le chef du parti pour piloter la réflexion. Parmi eux, l’actuel Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dione, l’ancien chef de gouvernement, Mimi Touré, les ministres Abdoulaye Diouf Sarr, Augustin Tine, Abdoulaye Daouda Diallo, Seydou Gueye, Amadou Bâ, Mariama Sarr, ainsi que le maire de Guédiawaye, Aliou Sall. Des échanges avec des plénipotentiaires des principales composantes de la coalition Bby et avec les représentants des grandes familles religieuses de confession musulmane, supposés pouvoir donner des consignes de vote, seraient aussi dans les combinaisons des apéristes et de leurs alliés du moment. Les contacts auraient également repris avec les membres de Macky 2012, afin que certaines stratégies qui s’étaient avérées naguère payantes soient améliorées puis remises au goût du jour. Notre source ajoute que dans le même temps, des responsables de l’opposition reconnus comme porteurs de voix vont être démarchés, pour un ralliement à la cause de la majorité : la réélection du président Macky Sall. Le Premier ministre aurait été désigné pour être le sergent recruteur attitré et coordonnateur des audiences et éventuelles manifestations politiques publiques relatives à ces transhumances espérées.

Booster la communication. Par ailleurs, à en croire une source proche du périmètre présidentiel, le chef de l’Etat veut mette à profit cette vaste période de précampagne électorale pour les législatives de 2017, pour palier un manquement qui a fini d’être le chancre mou récurrent de ses différents gouvernements depuis son accession à la magistrature suprême. Il s’agit du volet communicationnel. Aussi le président de la coalition Bby entend-il profiter de cette contre-offensive aux manifestations de l’opposition pour apporter une solution à cette défaillance, en se chargeant lui-même de la mise en exergue de certaines réalisations de son gouvernement pour les populations du pays et les autres potentiels électeurs de la communauté sénégalaise de la diaspora. Notre interlocuteur fait savoir que les services présidentiels chargés de la communication sont à pied d’œuvre pour l’élaboration d’un plan d’actions vers des populations déjà ciblées, et ce, pour une meilleure visibilité des réalisations gouvernementales depuis 2012, aussi bien sur le plan législatif, politico-administratif, judiciaire que socioéconomique. «Le Président Sall est l’acteur politique le mieux placé de la majorité pour expliquer, voire justifier à suffisance, l’importance de ses grands projets, l’ordre de priorité choisi, la cadence imprimée à l’exécution de certains travaux, le volume des efforts que l’état a consentis et ce que les différents gouvernements sous son magistère en cours ont pu réaliser», affirme-t-il. Macky Sall serait ainsi résolument décidé à descendre sur le terrain de la communication directe, aurait rassuré ses proches collaborateurs et promis de lever toutes les équivoques et incompréhensions qui, pour lui, retardent l’adhésion de certaines franges de la population à certaines politiques sectorielles.

Manifestations publiques. En outre, on apprend que, dans le respect des lois et règlements qui régissent la sécurité des personnes et de leurs biens, le président de la République aurait opté pour un assouplissement effectif des conditions d’autorisation des manifestations publiques formulées par les partis ou coalitions de partis politiques, aussi bien à Dakar qu’à l’intérieur du pays. Aux autorités du ministère de l’Intérieur, chargées de la sécurité publique, des directives seront données très prochainement, afin que toutes les dispositions soient prévues à temps, pour que les manifestations publiques dûment autorisées par l’autorité administrative compétente soient encadrées, aussi bien du côté de l’opposition que de la mouvance présidentielle, notamment lorsqu’il devrait y avoir chevauchement ou concomitance dans la tenue des activités politiques d’envergure.

ADAMA DIENG