Macky lapidé à l’UCAD…AJS condamne mais fustige ceux qui ont laissé le président partir à l’Université

Le Comité permanent du Bureau politique de And Jeriñ Senegaal (AJS) de Cheickh Mouhamadou Bassirou Sarr qui «joint sa voix au concert de réprobations de la conduite inacceptable et inadmissible de certains étudiants qui s’en sont pris au cortège du Président de la République venu inaugurer de nouveaux pavillons à la cité universitaire». Bass Sarr & Cie sont d’autant plus en colère qu’ils estiment que «s’attaquer au symbole de l’unité nationale et de l’unité du peuple – le Président de la République -, c’est s’attaquer aux fondements mêmes de la République». C’est pourquoi ils estiment qu’«il importe de situer toutes les responsabilités et de prendre toutes les mesures de correction nécessaires, pour l’avenir».
«Il reste évident qu’au-delà des services de renseignement qui chaque jour démontrent leur professionnalisme et leur savoir-faire, au-delà des forces de sécurité qui se déploient sur la base des décisions et objectifs politiques définis ailleurs, il faut interpeller les décideurs politiques», disent-ils. Selon eux, «avec toutes les cartes en main, la décision de laisser le président de la République descendre sur le terrain de l’Université dans un contexte de tensions et de menaces pour inaugurer des pavillons au campus social ne (leur) semble pas pertinente». Ils verraient plutôt le Président procéder à des cérémonies de pose de première pierre ou inaugurer des chantiers achevés. Bass Sarr et ses camarades se posent deux questions : «Où sont alors les boucliers du Président ? Où sont les fusibles du Président ?»