Macky est cuit…Le dossier du Candidat Karim atterrit au « G8 »…

Tant que le dossier était géré au niveau local, le président Macky Sall et sa Cour pouvaient se permettre de faire tout ce qu’ils voulaient contre Karim Wade sans se soucier de ses droits et du point de vue de la communauté internationale. Mais depuis quelques temps, les choses ont pris une nouvelle tournure. Le dossier du Président Karim Wade a pris une dimension internationale. En plus des comptes rendus que font les représentations diplomatiques accréditées au Sénégal sur l’affaire Karim pour le compte de leur pays respectif, d’autres initiatives devraient être prises les jours qui viennent.
L’ensemble des rapports d’Amnesty International, de la Raddho effectués sur l’affaire Karim WADE seront déposés sur la table du « G8 ». A Londres, Amnesty International a déjà initié des démarches pour sensibiliser toute la Communauté internationale sur les violations récurrentes des droits humains au Sénégal et les arrestations arbitraires d’opposants. Aux Usa, des Sénateurs américains sont sur le dossier. Et d’ici quelques temps, le Président Obama sera directement saisi sur ce qui se passe au Sénégal. Son homologue français a été déjà sensibilisé par les avocats de la défense du président Karim WADE qui auraient déposé un dossier complet au Quai d’Orsay et à la Cellule Afrique de l’Elysée.
Le « G8 » suit avec intérêt ce qui se passe dans la sous-région. La France et les Usa ont des intérêts économiques, géopolitiques et géostratégiques au Sénégal. Ils ne souhaitent pas voir ce pays sombrer dans une instabilité politique dans un environnement géopolitique pas du tout rassurant avec la crise au Nord Mali où les jihadistes du mouvement « Al Mourabitoune » viennent de faire acte d’allégeance à l’Etat islamique. Au Nigéria, Boko Haram dicte ses lois. Les puissances étrangères partenaires du Sénégal entendent ramener le président Macky Sall à la raison sur l’affaire Karim WADE qui a accouché d’une souris. Les deux missions du Fmi et la Banque mondiale n’ont pas pu cacher leur déception au terme du procès du fils de l’ancien président. « Il y a eu plus de médiatisation qu’autre chose » a confié un fonctionnaire international.
La France, les Usa, l’Angleterre qui ont été saisis dans le cadre de la commission rogatoire soutenue par une coopération judiciaire, ont tous blanchi le président Karim WADE. A partir de là, les occidentaux qui suivaient ce dossier depuis le début ont estimé que la condamnation de Karim Wade serait une erreur judiciaire. L’erreur a été commise. Et le président Sall, refusant les nombreuses sollicitations pour la libération du président Karim, entend le maintenir en prison jusqu’en 2019. Mais faudra-t-il qu’il tienne tête à toute la communauté internationale.

Mediafrik

4 Comments

  1. tu es un grand menteur et inventeur regarder bien les photos des présidents vraimen tu prend des gens comme des dupes des cons va te faire ailleur fils de pute

  2. Pourquoi il y est écrit « président karim wade ? Président de quoi, de qui et d’où ? Je n’ai rien contre lui, mais je veux juste savoir.

  3. Jean les photos qui illustrent les articles de presse sont des photos d’archives. Regarde toutes les photos de la page Xibaru, tu t’en rendras compte.

Les commentaires sont fermés.