Les slogans de Macky : « la patrie avant le parti », « la gouvernance sobre et vertueuse »…Où sont-ils ?

LA RUPTURE, UN VAIN MOT.

Dès son accession au pouvoir le président de la république du Sénégal avait lancé un certain nombre de slogans à l’image de « la patrie avant le parti, la gouvernance sobre et vertueuse, je ne protégerai personne « .

Aujourd’hui, force est de constater que ces slogans ne sont que de vains mots.
En effet, certains faits et actes posés par le régime en place prouvent à suffisance que ce n’est pas demain qu’on assistera à une rupture tant chantée par les tenants de l’actuel pouvoir compte tenu du comportement déplorable des députés à l’assemblée nationale qui ne cessent de d’insulter au lieu d’être de dignes représentants du peuple. Ces députés sont pour la plupart à la solde de l’exécutif malgré le principe de la séparation des pouvoirs.

Que dire des interdictions de marches pour dénoncer entre autres les dérives du pouvoir, le phénomène de l’homosexualité alors que le président de la république d’aujourd’hui en 2012 amène un matelas pour passer la nuit à la place de l’obélisque pour combattre les forfaitures de maître WADE.

Que dire des dénonciations sans cesse de la forte présence de la famille WADE dans les plus hautes sphères de la république alors qu’aujourd’hui comme l’a si bien caricaturé l’ancien ministre Moussa TOURE « C’EST LA FAMILLE, LA BELLE FAMILLE, LES AMIS, LE PARTI ET APRÈS LA PATRIE « .
Dans ce même ordre d’idée, on assiste à la création d’institutions budgetivores après la dissolution du sénat comme le conseil économique social et environnemental qui a été ressuscité avec son budget colossal.

Que dire du haut conseil du dialogue social dirigé par Innocence Ntap NDIAYE ancien membre de la génération du concret de Karim Meissa WADE sans oublier la structure récemment créée et dirigée par monsieur Djibo KA qui veut goutter à toutes les sauces.

S’agissant de la justice, le président avait soutenu qu’il ne protégerait personne alors qu’à un moment donné il a dit qu’il avait mis son coude sur beaucoup de dossiers dont les concernés devraient alors en prison. Où est la rupture alors ?
Récemment, le fils du ministre de la justice arrêté par la police a été subitement libéré une fois que ce dernier a décliné son identité après avoir lancé des insanités aux policiers. Pourtant, tous les sénégalais naissent libres et égaux devant la loi a-t-on coutume de dire. Mais, force est de noter que s’il s’agissait d’un sénégalais lamda, il serait actuellement en prison pour offense ou outrage à agent.

Aujourd’hui, madame Amsatou Sow SIDIBE membre de benno bok yakar et ministre conseiller du président de la république est limogée pour avoir réclamé la libération de monsieur Karim Meissa WADE. Donc, vous allez limoger plus d’un car la vérité est que le sieur WADE est arbitrairement mis aux arrêts.
On ne gère pas un pays par des slogans ou effets d’annonces. Non à la justice à géométries variables!
Idrissa SAMB

1 Comment

  1. Les gens oublient, facilement, que le pion de l’Occident contre l’URSS, Gorbatchev, a réussi à déstabiliser son propre pays par les slogans Perestroïka et Glasnost (Réformes et Transparence). Alors que, concrètement, il ne s’agissait que d’une mission de destabiliser dans son pays une gouvernance qui n’arrangeait pas la dominance occidentale.

Les commentaires sont fermés.