L’opposition dénonce le HCCT…Comme un Sénat Bis

HCCT…Haro sur un ‘’Senat bis’’

Le Haut conseil des collectivités locales a-t-elle encore son utilité ? C’est, en substance, la question que se posent de plus en plus d’observateurs politiques, à l’instar d’Amsatou Sow Sidibé, Cheikh Bamba Dièye et Idrissa Seck qui demandent purement et simplement sa suppression.

Le HCCT est sous les feux des projecteurs ces derniers jours. Les voix s’interrogeant sur sa réelle utilité dans la vie politique sénégalaise se font de plus en plus nombreuses. Le leader de Carleneen estime que le HCCT est un organe de plus dans l’ossature institutionnelle de notre pays. Selon Amsatou Sow Sidibé, les priorités se situent ailleurs, particulièrement dans l’éducation, la justice, l’agriculture, la lutte contre la pauvreté, entre autres. La Pr de Droit à l’UCAD est d’avis que l’Etat doit orienter ses actions d’envergure vers ces secteurs pour alléger les souffrances des populations. Ainsi condamne-t-elle fermement la création de ce nouvel organe qui, dit-elle, confirme une boulimie institutionnelle budgétivore que ne saurait justifier le besoin de caser une clientèle politicienne. Au demeurant, poursuit Mme Sidibé, les missions de ce Haut Conseil peuvent bien être prises en charge par des institutions déjà existantes. Le HCCT demeure aussi ce Sénat bis que déteste Cheikh Bamba Dièye, et pour cause. Pour l’ancien maire de Saint-Louis, le HCCT n’est rien d’autre qu’un embrouillamini institutionnel. Le Sénat, tel un phœnix, renaitra-t-il de ses cendres, à travers le HCCT, a-t-il martelé. Avant d’en rajouter cette couche : « Nous ne pouvons pas accepter pour Macky, ce que nous avons combattu sous Wade.

C’est la lutte contre les institutions budgétivores qui a emporté le défunt Sénat. Il n’y a pas de raison qu’on nous le vende sous l’habillage du Haut Conseil des collectivités territoriales. Ce n’est pas sérieux”, martelé le leader du Front pour le Socialisme et la Démocratie/ Benno Jubël (FSD/BJ). Rewmi d’Idrissa Seck a pour sa part décidé de boycotter le HCCT parce que, en tant qu’institution, le HCCT ‘’ne présente en lui-même, aucune utilité marginale pour notre démocratie’’. Ainsi il a décidé chez les Rewmistes d’ignorer purement et simplement cette élection qui ‘’n’est que le prolongement du référendum scandaleux de Macky Sall, rejeté par deux Sénégalais sur trois soit en s’abstenant soit en votant non.’’ En effet, de façon intrinsèque, Idy et Cie soutiennent que le HCCT n’a aucun apport, aucune valeur ajoutée.

‘’L’existence du HCCT n’ajoutera rien à notre démocratie, tout comme son inexistence ne lui enlèvera rien.’’ Fort de ce constat, Rewmi dit ne peut participer à une élection qui aboutit à la mise en place d’une institution budgétivore et inutile

Rewmi