Listes électorales : L’opposition relève des indices de fraude

L’opposition regroupée autour de Mankoo Wattu Senegaal soupçonne le pouvoir de préparer une vaste fraude sur les listes électorales. Les partis concernés ont fait part de leurs craintes hier, jeudi 16 février, lors d’une conférence de presse-bilan d’étape des inscriptions sur les listes électorales. Ils se fondent sur quelques indices.

Premier indice : l’opposition a noté que le niveau d’enrôlement est particulièrement supérieur à la moyenne nationale dans les zones où le «Oui» l’avait largement remporté au dernier référendum. Il s’agit de Matam, Podor, Tivaouane, Fatick et Mbour.

Deuxième indice : Mankoo trouve bizarre que les départements de Mbirkilane (44 776 contre 37481), Salémata (8263 contre 7829 et Saraya (11886 contre 11862) aient déjà enregistré plus d’électeurs nouvellement inscrits que pour la consultation du 20 mars dernier.

La même situation a été notée dans 10 pays pour ce qui est des inscriptions des Sénégalais de l’extérieur. Il s’agit, notamment, de l’Afrique du Sud, de la Belgique, du Cameroun, du Niger, du Burkina, du Maroc.

Troisième indice : l’opposition accuse les responsables de l’Apr des zones frontalières de profiter de la porosité de celles-ci pour inscrire les étrangers qui leur sont favorables.

Quatrième et dernier indice : les données relatives à la filiation de l’électeur et contenues dans la puce de la carte biométrique ne sont pas visibles à l’œil nu. «Une telle contrainte peut être source de fraudes électorales», croit savoir l’opposition.

Au total Mankoo a enregistré au niveau national, à la date du 10 février, 2 millions 564 mille 913 inscrits sur les listes électorales. Dakar est en tête des inscriptions avec 823 mille 813. À l’étranger, 120 mille 313 inscrits ont été relevés.

L’As

Partager

Laisser un commentaire