Libération de Karim Wade…Macky Sall a cédé aux pressions

La libération de Karim serait-elle la conséquence d’une «certaine pression» des compagnons de Wade sur Macky ? En tout cas, El Hadji Amadou Sall semble répondre par l’affirmatif et donne une indication.

«La lutte multiforme, les différentes décisions judiciaires ou quasi judiciaires rendues par la Cedeao ou le Groupe de travail des Nations unies (…), les prises de position des droits de l’Homme, les interventions de personnalités de pays amis et le soutien d’une frange importante de la population ont permis la libération de Karim Wade», a-t-il déclaré hier, lors de la réunion du comité directeur du Pds.

Me Sall et ses camarades ont d’ailleurs réaffirmé que Karim, gracié le 24 juin dernier, reste leur candidat pour l’élection présidentielle de 2019.

Le Pds se prépare par ailleurs à l’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). El Hadji Amadou Sall annonce une tournée nationale qui sera «immédiatement» lancée afin d’animer le parti.

«Nous demandons à tous les conseillers municipaux et dé­partementaux de se tenir prêts en vue de mettre une liste avec l’opposition pour gagner l’élection du Haut conseil pour les collectivités territoriales», a-t-il informé.

Dans ce sens, le Pds réaffirme son souhait de voir une «personnalité neutre» à la tête du ministère en charge des Elections et met en garde le pouvoir sur une éventuelle «tentative de détourner l’expression universelle sur la confection de nouvelles cartes nationales d’identité».