L’Etat et les rebelles du MFDC à la poursuite des pilleurs de forêts…Avec des méthodes bizarres

Destruction de la forêt en Casamance, l’état et le MFDC veulent la même chose sans procéder de la même façon
Halte au pillage des ressources forestières en Casamance ! C’est le combat qui faire rage en ce moment au sud du pays. Depuis quelques mois, l’état du Sénégal, à travers le ministère de l’environnement à intensifier la lutte contre les « braconniers forestiers » qui agressent les réserves naturelles dans le sud. Instruction a été donnée à l’administration territoriale de renforcer le dispositif de lutte et l’armée et la gendarmerie ont été mis à contribution pour accélérer la cadence. Cette mutualisation entre les forces de défense et de sécurité et le service des eaux et forêts a porté ses fruits dans plusieurs localités. C’est le cas à Bignona, dans le Sédhiou entre autres. Mais il faut reconnaître qu’il y a des failles et des résistances et de gros bonnets ont été indexés dans d’autres endroits. C’est dans ce contexte que le mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) entre en jeu pour mener le même le combat. Seulement, il a adopté une stratégie différente de celle utilisée par les forces régulières. Depuis un certain temps, des prises d’otage sont constatées et des demande de payement d’amende ou de rançon envoyées aux propriétaires des scieries. Cette amende est comprise entre 2 et 10 millions de FCFA. Beaucoup de scieries menacent de fermer. Après les travailleurs de la scierie Kamou (commune de Bignona), c’est autour de la scierie de Diango (commune de Oulampane/Bignona) de faire face à cette situation. Pour la scierie Kamou c’est claire, il faut arrêter et penser à autre chose. L’état et le MFDC mène le même combat mais ne s’entendent pas sur la méthode. Les pilleurs de la forêt sont traqués de toutes parts et c’est une bonne chose pour la forêt.
L.Badiane pour xibaaru.com