L’Etat du Sénégal n’a pas payé 12 milliards à Bictogo…Mais 13 milliards FCFA

L’affaire Snedai est comme une épine dans le pied dont l’Etat veut se débarrasser. Après les explications du ministère des Finances, il y a quelques jours, c’est au tour du ministre porte-parole du gouvernement d’apporter d’autres clarifications et de précisions. Il souligne: « Toutes les obligations d’ordre légal et réglementaire sur la conclusion de ce contrat de partenariat ont été observées et remplies, à date, par le Gouvernement ». D’abord, dit-il, le contrat de partenariat avec la société Snedai, concessionnaire de services publics pour la production de visas biométriques a reçu l’autorisation, le 8 janvier 2014, de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) par sa décision n°010/14/ARMP/CRD. Ensuite, souligne M. Guèye: Le gouvernement a soumis au vote de l’Assemblée nationale cette affectation de recettes, dans la loi de finances rectificative pour l’année 2014, (cf. Article 29 de la LFR 2014) ». Seulement le 03 avril 2015, le gouvernement a décidé de suspendre le visa payant sur le territoire national à compter du 1er mai 2015.

Ainsi avance-t-il: « La société Snedai avait fini, à cette date, de préfinancer et de mettre à la disposition de l’Etat du Sénégal la totalité des équipements prévus par le contrat. Il liste les 338 véhicules et 156 motos pour un coût global de 7.889.350.000 FCfa qui concernent dans le détail : 147 véhicules et 156 motos pour les services de polices, 191 véhicules pour l’Administration territoriale et des matériels d’intervention militaire des forces spécialisées de police pour un coût global de 1.978.880.000 FCfa. En gros, dit le porte-parole du gouvernement, « à la date de la rupture du contrat par l’Etat, la société Snedai a ainsi préfinancé pour le compte de l’Etat du Sénégal, sur les recettes attendues par l’Etat de la mise en œuvre du système de visas biométriques, la somme de 9.878.056.572 FCfa. Les équipements ont été livrés. Ils sont utilisés actuellement par les forces de police et l’administration territoriale ».

Il ajoute: « A la date de la rupture du contrat par l’Etat, la société Snedai a remis à l’Etat du Sénégal, pour pleine propriété, l’ensemble des équipements informatiques (matériels et logiciels) acquis dans le cadre de la mise en œuvre du système de visas biométriques, après négociations, à leur valeur résiduelle, soit 582.829.073 FCfa (pour des investissements d’un coût initial de 1.316.309.316 FCfa) ». Poursuivant, le porte-parole de l’Etat soutient: « Les opérations en suspens, notamment les salaires et rémunérations dus, les dettes fournisseurs, les engagements bancaires, les intérêts sur emprunts, ainsi que les moins-values de recettes pour la société ont été évalués par la Snedai au moment de la rupture du contrat et soumises au gouvernement Ces opérations avaient autorisé la société Snedai à réclamer à l’Etat, pour solde du contrat de partenariat, un montant global de 19.708.514.802 FCfa ». Information de taille, Seydou Guèye renseigne que « l’Etat a finalement payé à la société Snedai, la somme de 13.000.000.000 FCfa ».