Les trois options de Fada et ses réformateurs : prendre le PDS, rallier un autre parti ou…Créer son parti

Modou Diagne Fada et les réformateurs du Pds envisagent trois options pour s’affirmer dans le landerneau politique et sceller leur rupture avec le camp de Wade. Une décision dans ce sens interviendra en mars prochain.
Il s’agit premièrement de «foncer vers le congrès du Parti démocratique sénégalais en réunissant les deux tiers des fédérations internes du parti, renouveler les secteurs, les fédérations, les sections et aussi le poste du secrétaire général national et les autres instances nationales». Une voie que Fada jugeait «périlleuse» lors de son passage dans une émission animée par un site en ligne. Cette éventualité pourrait ressembler au schéma d’And jëf/Pads devant aboutir à deux têtes et même, par extension, à la bataille autour de la paternité du parti.
Deuxièmement, il est question «d’’attendre la veille des élections législatives pour emprunter des récépissés de parti et lancer une coalition électorale». Le président du Conseil départemental de Kébémer est «sûr et certain»qu’il sera tête de liste aux prochaines Législatives. Ce devrait être donc une liste qui va se frotter au Pds et imposer un test de légitimité comme l’avait tenté Pape Diop et sa coalition Bokk gis gis.
Enfin, les réformateurs n’excluent pas de «créer un parti politique d’obédience démocratique, réformatrice et libérale pour pouvoir prendre en charge les préoccupations des Sénégalais».