« Les Sénégalais pourront-ils accepter ce qu’hier ils avaient combattu sous Wade ? »…

NDIAGA SYLLA (ANALYSTE POLITIQUE) SUR LES CONSEQUENCES D’UNE TELLE IMMIXTION :

«L’implication des membres de la famille du président de la République dans la gestion des affaires de l’Etat devra être analysée non pas sous l’angle de la citoyenneté ou de l’engagement militant. Il ne s’agit pas de remettre en cause leur mérite car nous n’ignorons pas que certains proches du président de la République ne manquent pas de compétences et l’ont longtemps soutenu et accompagné dans son action politique avant qu’il n’accède à la magistrature suprême. Toutefois, les membres de la famille du Président ne peuvent nullement être considérés comme des citoyens ordinaires dès lors qu’ils jouissent de certains privilèges particuliers. Les positions qu’ils occupent au niveau de l’Etat ne laissent personne indifférent. Par conséquent, cela pose plus la question de l’éthique politique dans le cadre d’un régime qui proclame la primauté de la patrie sur le parti.
A titre d’exemple, il est vrai que le frère du chef de l’Etat, en l’occurrence le maire Aliou Sall, n’a pas été nommé par décret mais le fait d’être élu à la tête de l’Ams qui regroupe les élus des collectivités publiques le placerait assurément dans une station assimilable à une institution. S’agissant des conséquences, il est évident que l’image à laquelle renvoie une telle situation serait néfaste dès lors que les Sénégalais la perçoivent comme une volonté d’asseoir une monarchie.
Aussi, l’on a déjà vu son prédécesseur s’obstiner à un mandat de plus au point de se faire discréditer à cause de l’implication de sa famille dans la gestion de l’Etat. De même ceux qui occupent ces positions en question auront certainement des prétentions ou des ambitions de conserver le pouvoir. Voilà ce qui m’avait conduit à rédiger un texte intitulé «Sénégal des paradoxes» dans une de mes contributions. En définitive, je suis loin de penser que nos compatriotes puissent accepter sous le règne du Président Sall, ce qu’hier ils avaient dénoncé et combattu sous Wade».

1 Comment

  1. Tu dis si bien vrai Ndiaga que pour savoir la différence avec la Famille du Président, il faut la voir sous l’angle de l’accessibilité, en terme de « demande d’audience »; Combien de sénégalais ont la possibilité de le voir pour lui soumettre leur problème?

Les commentaires sont fermés.