Les reformateurs ne reconnaissent pas l’instance du PDS qui a exclu leur leader Modou Diagne Fada

Abordant la question relative à l’exclusion de Modou Diagne Fada du PDS, le groupe des réformateurs considère que cette mesure est nulle et de nul effet. « Modou Diagne Fada et l’ensemble des réformateurs restent, aujourd’hui plus que jamais, membres du Parti Démocratique Sénégalais » déclarent-ils. « En effet, la supposée commission de discipline, qui aurait proposé au secrétariat national les sanctions à prendre, ne figure nulle part dans les statuts et règlement intérieur du PDS. Par conséquent, la mesure de l’exclusion de Modou Diagne Fada a été prise en violation flagrante des textes de notre parti » dénoncent-ils.
Il s’y ajoute, diront-ils, que le secrétariat national qui a entériné ces propositions n’a aucune base légale. « Au terme de l’article 22 des statuts du PDS, le secrétariat national est composé de Vingt-cinq à cinquante membres. Malheureusement, il se trouve que l’assemblée qui a entériné l’exclusion de Modou Diagne Fada était constituée de plus de deux cent membres. Par conséquent, on avait autre chose qu’un secrétariat national. Ce qui constitue une autre violation des textes du parti car chaque décision doit être prise par l’instance habilitée et dans les conditions prévues par nos textes ».
Ensuite, selon le groupe « on nous apprend que l’assemblée qui s’était réunie est le secrétariat national élargi au comité directeur ». Dans les textes du PDS, arguent-ils, il n’existe pas d’instance appelée « secrétariat national élargi au comité directeur ».