Les partisans de Mimi S’attaquent à «Wattu Senegaal»

Les « apéristes » de Grand-Yoff ont réagi, hier, à la marche du Front pour la défense du Sénégal/ »Mankoo wattu Senegaal ». Et c’est pour s’attaquer à la nouvelle plateforme de l’opposition. Dans un communiqué rendu public, hier, Cheikh Ndiaye et ses camarades indique: “La confrontation entre la police et les manifestants, lors de la marche de ‘Manko wattu Senegaal’ du vendredi dernier, est apparemment le cheval de Troie utilisé pour vouer aux gémonies le modèle démocratique du  Sénégal, fruit d’une construction prudente, progressive et irréversible ». « Au service de cette nouvelle doctrine de la dénonciation calomnieuse, dans le but d’écorner l’image de marque de notre pays et de  son Président (SMS), toute une bande hétérogène de néo-opposants riches, arrogants et cyniques, et d’analystes politiciens, consultants de fortune, d’une opposition aux tares multiples”, raillent-ils.

Selon eux, “le radicalisme de cette opposition et de ses acolytes, est une frustration devant  l’attachement toujours plus grand des Sénégalais à la politique initiée par le président de la République et qui se traduit par des résultats électoraux qui vont crescendo ». Ils soutiennent: « Le président de la République, républicain convaincu, foncièrement attaché à l’Etat de droit et à la démocratie, ne saurait, en aucun cas, oeuvrer à tout ce qui pourrait être assimilable à un recul pour le pays. Depuis 2012, et dans tous les domaines, politique et institutionnel, socioéconomique et culturel, éducatif et sanit

aire, point de reculs, que des avancées ! ». « La réforme constitutionnelle du 20 mars dernier est la réponse à toutes les préoccupations de l’opposition : quinquennat devenu réalité, statut de l’opposition et son chef, affirmation et élargissement des droits et devoirs civiques, protection des ressources nationales, entre autres dispositions », soulignent les partisans de Mimi Touré.

L’Apr de Grand-yoff rappelle: « Dans un État de droit, la liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent ». « L’arrêté préfectoral a force de loi et a fixé un itinéraire que cette bande de poltrons devait  suivre et maximiser les chances de succès de leur marche, au lieu de chercher la confrontation avec la police. Ce fait regrettable ne doit nullement être l’occasion d’exagérations, d’accusations gratuites, de comparaisons inacceptables avec des pays à l’état démocratique embryonnaire; dans le but malsain de jeter le discrédit sur le nôtre, ses valeurs et son Président », soutiennent Cheikh Ndiaye et compagnie. Les « apéristes » de Grand-Yoff félicitent le peuple sénégalais pour son « calme », son « sens des responsabilités », et l’encouragent à « soutenir davantage les actions de développement économique entreprises par le Président depuis 2012 et qui vaut au pays des bonds considérables ».