Les partisans d’Aliou Sall accusent Marème Faye d’être derrière…Mame Mbaye Niang

Aliou SALL : Par Devoir

Abusant de son statut pré-fabriqué et autoproclamé de proche de la Première Dame, Mame Mbaye Niang, s’est sciemment arrogé les rôles de « lanceur d’alerte » au sein de la galaxie apériste  et de « bouclier du couple présidentiel ». Cette position subie, parce que profondément opportuniste, lui vaut la peu enviable réputation de « bon client » d’un certain microcosme politico-médiatique dakarois. Le garçon serait dans le secret des dieux. Ses sorties, qui traduiraient les pensées de Madame ou du Palais, sont guettées. Ses prétendues vérités, analysées et disséquées.

C’est que Mame Mbaye Niang et d’autres individus du même acabit, occupant actuellement des fonctions politiques et étatiques, sont ceux qui avaient compris qu’il valait mieux militer dans le cœur du couple présidentiel que de militer dans une quelconque structure du parti ou à la base. A l’épreuve, ils ont eu raison…Ils n’ont pas besoin de base politique. C’est la base politique qui a désormais besoin d’eux. Grâce à leurs fonctions actuelles obtenues à force de jouer Hello Kitty – Dora – Babouches avec les enfants du couple.

Ils étaient si encombrants et envahissants qu’ils étaient surnommés les  » militants de la Piscine », en référence à la piscine de la villa que le couple occupait à Fann. Leur discours est politiquement creux et vulgairement insipide. Il n’a pas de contenu militant, parce que leurs auteurs n’ont jamais été des militants du parti et ne se sont, donc, jamais frottés à la ferveur du militantisme. La très commentée et dégueulasse sortie de l’impertinent Mame Mbaye Niang de ce week-end est à inscrire dans ce registre.

De l’opposition aux affaires, le jeune  ministre a toujours été incapable de construire un discours audible, consistant et consommable. Au grand regret du Patron qui ne sait plus quoi en faire !

Incapable de voir plus loin que le fond de la piscine citée, il lui était difficile de voir, à l’époque, les sacrifices et efforts consentis par Aliou Sall pour le grand bien du parti. Des affiches aux T-shirts de campagne, des appuis financiers consistants aux meetings – notamment en banlieue dakaroise -, des visites de proximité à d’autres visites, ici, indicibles, tout cela a été l’œuvre du très sympathique, disponible et dévoué Aliou Sall. Allah étant juste, la somme de ses efforts lui a valu d’être adopté par les populations et, plus tard, d’être élu maire de Guediawaye.

Cependant, lui comme d’autres proches de la famille présidentielle n’auront aucun mérite, quelles que soient leurs compétences et leur engagement. Tel demeurera leur sort, tant qu’un des leurs est président de la République. Ainsi en ont décidé certains esprits malveillants.
Ils ont été pourtant de tous les combats par leur engagement militant, leurs soutiens financier, matériel, moral et intellectuel. Pouvait-il, d’ailleurs, en être autrement, si l’on sait que le Sénégal a ses réalités sociologiques? La politique au Sénégal est ainsi faite que le premier cercle de souteneurs de tout homme politique sérieux, c’est sa famille biologique, d’abord, les militants, ensuite. Mais, cette réalité politique bien sénégalaise peut ne pas être…marocaine ou française. Si Mama Mbaye Niang a le droit de ne pas militer au MRDS de son père, Cécilia Sarkozy peut bien se permettre de ne pas voter au deuxième tour pour son époux, Nicolas, en 2007.

Avant de labourer – pour le compte du candidat Macky – la banlieue profonde entre fin 2011 et pendant toute la campagne de 2012, le militant Aliou avait déjà fini d’élaborer des notes techniques et soumis les meilleurs plans de com’ au futur président de la République.
Dans ce pays,  au grand dam du débat public, ceux qui parlent ne savent pas et ceux qui savent ne parlent pas.

En un mot comme en mille, Aliou Sall n’a pas été récompensé à la hauteur de son engagement. Il ne le sera peut-être jamais.
Qu’il continue alors de souffrir  stoïquement et dignement de cette situation inconfortable! Et le chef de l’Etat, qui a le sens de la famille, avec lui! C’est la rançon d’avoir un frère Président de la République.

Mais, contrairement à certains nains politiques, qui feront implacablement le deuil de leur carrière politique, à la fin de la gouvernance du Président Macky, Aliou, élu d’une ville aussi stratégique que Guediawaye, est désormais devenu une force et une réalité politiques sur qui comptera tout homme politique sénégalais.

Demain, il fera jour.

Moustapha O. Ndiaye
Ex-membre Air Macky