Les négociations débutent avec…Un zèle des Gambiens : Huis clos prolongé, retard et accusations

Des négociations entre le Sénégal et la Gambie ont commencé à Dakar, ce dimanche 15 mai en fin de matinée. Des discussions entre les deux Etats dont les relations diplomatiques sont très mauvaises. Les frontières sont notamment fermées depuis trois mois. La cérémonie officielle de lancement de ces pourparlers s’est terminée.

Si les deux parties se disent dans les meilleures dispositions pour discuter, la délégation gambienne, réunie en huis clos et visiblement en connexion avec la présidence à Banjul, a longuement fait attendre les autorités du Sénégal.

Mankeur Ndiaye, ministre sénégalais des Affaires étrangères, a ensuite appelé les deux Etats à trouver des solutions, à respecter les accords signés dans le passé : « Nous aurons à cœur de nous pencher sur des questions importantes à nos yeux et à la construction du pont sur le fleuve Gambie. Nous aurons également à échanger sur le transit routier, sur les relations commerciales bilatérales, sur la coopération judiciaire et l’entraide judiciaire, sur la pêche maritime et fluviale, sur les migrations dans l’intérêt bien compris du peuple sénégambien ».

Son homologue gambien, Néné Mak Doualy Guey, est sur la même ligne, mais elle estime que c’est bien le Sénégal qui est aujourd’hui responsable de la fermeture des frontières : « Chaque Sénégalais a de la famille en Gambie. Chaque Gambien a de la famille au Sénégal. Donc c’est une grande famille et nous ne devons donc pas fermer la frontière entre nos deux pays. C’est pourquoi nous espérons que cette réunion nous permettra d’aboutir à une solution durable ».

Après cette cérémonie d’ouverture, les deux délégations se sont enfermées à huis clos pour des discussions qui s’annoncent longues et complexes, tant les points à évoquer sont nombreux. Et visiblement cette réunion est la première d’une longue série.