Les mercenaires sont de retour…Y en a marre attaque le régime de Macky sur plusieurs fronts

Le mouvement Y en a marre condamne avec la dernière énergie la mesure de suspension de Ousmane Sonko, inspecteur des Impôts et Domaines. Y en a marre considère que «ce énième acte liberticide posé par le pouvoir contribue davantage à fragiliser notre démocratie après d’énormes sacrifices consentis par le peuple sénégalais». Une telle décision, soutiennent Fadel Barro et Cie, ne laisse plus planer de doute sur  la volonté du régime de Macky Sall de museler toutes les voix contradictoires qui s’élèvent, fussent-elles, pour défendre des positions de principe. «Aucune loi dans notre chère République n’interdit à un fonctionnaire de l’Etat, de militer dans une formation politique d’opposition, et d’alerter le peuple sur les dérives d’un pouvoir pilleur des ressources du citoyen», affirment Fadel Barro et ses camarades qui sont convaincus que le régime de Macky Sall a fini de prouver son manque de sincérité dans l’assainissement des finances publiques et la lutte contre la corruption.

Pour preuve, disent les Y en a marristes, «la présidente sortante de l’Ofnac, Mme Nafi Ngom Keita, a payé pour avoir rendu public, des cas de détournements de deniers publics au sommet de l’Etat et d’avoir demandé des poursuites contre certaines personnalités». En conséquence, le mouvement Y en a Marre pense que l’acte de suspension de Ousmane Sonko «constitue un précédent dangereux qui ne doit prospérer, et se joint à toute initiative du Syndicat des travailleurs des impôts et domaines (Said) pour exiger la réhabilitation sans délai, de ce compatriote».