Les libéraux indignés par la confusion des pouvoirs entre le parti au pouvoir et la justice aux ordres

Le communiqué du Procureur de la République qualifiant la décision des juges du tribunal correctionnel de Dakar de relaxer Aïda Ndiongue, d’illégale et troublante, n’agréé pas les libéraux du Parti démocratique sénégalais. Dans un communiqué publié hier, le coordonnateur du Pds s’insurge contre un tel discours. Pour Omar Sarr, “Cette décision de la justice souveraine a soulevé un tollé dans les rangs du Parti au pouvoir et son Gouvernement”. Et de poursuivre : “Le Procureur Général, violant la règle de la séparation des pouvoirs, s’est permis de parler de décision “illégale et troublante”, alors qu’il avait le droit, tout simplement, de faire appel. Ce scandale doit être sanctionné”. Les libéraux ont aussi exprimé leur indignation suite au communiqué du Secrétariat Exécutif National de l’Apr, qui a parlé de “verdict surprenant et incompréhensible”. Ainsi, de l’avis des partisans de Me Abdoulaye Wade, “la concomitance des deux déclarations montrent que nous sommes en pleine confusion des pouvoirs, à la place du principe sacro-saint de séparation des pouvoirs. Ces communiqués illustrent une mentalité qu’on croyait révolue, mentalité de l’époque des partis uniques ou des partis dominants. Ainsi, pour le Gouvernement et le parti présidentiel, la justice doit être aux ordres. Il faut remonter loin dans l’histoire du Sénégal, pour trouver semblables confusions d’une aussi extrême gravité”. Dès lors, le Pds se félicite de la réaction indignée de l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS). Et interpelle le président Macky Sall qui “semble avoir oublié qu’il a prêté le serment de respecter l’indépendance de la justice”.