Les Karimistes brocardent Modou Fada Brutus Diagne : l’incarnation parfaite du baiser de Judas

« Judas est l’un des douze apôtres, plus particulièrement connu pour avoir trahi Jésus et l’avoir livré aux autorités juives par son fameux baiser qui permît à ceux qui venaient l’arrêter de l’identifier. La figure de Judas, qui trahit Jésus par une marque d’affection – le baiser de Judas ! – est énigmatique. C’est le traître par excellence …» ; il incarne « le mystère du mal, dit le dictionnaire Larousse ».
Quant à Brutus, il est ainsi défini par Wikipédia : « Brutus est un sénateur romain, juriste et philosophe de la fin de la République, fils de Servilia, la maîtresse de Jules César, auquel il porta le dernier coup, en le poignardant … ».
Il n’est point besoin de chercher midi à quatorze heures, pour comprendre que celui qui avait quitté son mentor Me Abdoulaye Wade en 2005 et créa « Waarwi »pour revenir, après une traversée du désert, allait rééditer son coup, le jour où Me Abdoulaye Wade arrivait à perdre le pouvoir.
En traître rusé, Modou Fada Brutus-Judas Diagne, a crû pouvoir tromper les Sénégalais en appelant à la réforme du parti ! Au moment où il flirtait avec l’adversaire, Brutus-Judas Diagne, prétendait soutenir la candidature de Karim Meïssa Wade, tout en se disant être « le Plan B » du Pds et en défiant l’autorité de Me Abdoulaye Wade à la tête du Parti démocratique sénégalais. Son stratagème, cousu de fil blanc, était connu de tous : négocier avec le pouvoir, la nuit et tenter de saborder le Pds, le jour. C’est ainsi que Brutus –Judas Diagne vendit son âme au diable en se réfugiant derrière la fausse prétention de réformer le Pds ! Tel Judas, il manifesta une fausse affection à Me Wade ; tout en ourdissant les pires complots contre lui ! A l’ouverture de la session de l’Assemblée nationale, Brutus –Judas Diagne franchit le Rubicon, en reproduisant in extenso, la liste du groupe parlementaire libéral, cautionné par le frère Secrétaire général national, Me A1bdoulaye Wade et la déposa à la table du Président de l’Assemblée nationale ! Le simple bon sens, aurait dû amener le Président de l’hémicycle à demander à la plénière, si les députés Aïda Mbodj et Oumar Sarr ont bien signé la liste de Brutus-Judas Diagne ?
Cela aurait permis d’éviter le cirque honteux qui n’honore ni l’institution et encore moins, les « honorables » députés qui y siègent…Devant une telle forfaiture, le Pds et les démocrates sénégalais ne pouvaient rester les bras croisés. A défaut d’amener les comploteurs contre la démocratie à la potence, il fallait, tout au moins, les mettre hors d’état de nuire. Pour ce qui concerne Fada Brutus-Judas Diagne et ses complices, la peine minimale était de les exclure officiellement du parti auquel ils continuaient à se réclamer…Le secrétariat national du Pds, n’a pas hésité à faire ce travail de purges à l’endroit des éléments nocifs que sont Fada Brutus-Judas Diagne et Cie.
En attendant, de rétablir l’Honorable Député, Mme Aïda Mbodj, dans son droit inaliénable de présidente du Groupe parlementaire des Libéraux et Démocrates- conformément à la volonté du frère Secrétaire Général national et ses collègues, membres du Groupe parlementaire- continuons l’œuvre salutaire d’identification des taupes, infiltrées dans nos rangs, afin de les extirper du corpus libéral, à l’instar du sort qui a été réservé à Modou Fada Brutus –Judas Diagne, le vendredi 16 octobre 2015, lors qu’il fut exclu, à l’unanimité, du Parti Démocratique sénégalais.

AMINA SAKHO
Présidente du Mouvement Karim Président