Les Karimistes bouffent du Sidiki Kaba…Ils le qualifient de Monstre doué en traîtrise, cynisme, perversité et immoralité

SIDIKI KABA, un monstre choisi exprès pour avoir réponse à tout, afin de garantir auprès de la communauté internationale un semblant d’Etat de droit au Sénégal, même au prix du reniement.
On commence à s’habituer aux interventions de ce ministre de la « justice » du Sénégal dont le choix n’est pas fortuit à ce poste de ministre de la justice pour approuver et rassurer, par son parcours les organisations des droits de l’homme. En effet, nulle ne saurait douter de la «compétence » supposée de cet individu qui a assumé dans un passé récent de très hautes fonctions dans la défense des droits de l’homme et du citoyen. Alors, pour tromper son monde, le gouvernement Sénégalais de Macky SALL l’a expressément choisi pour servir de faire-valoir et d’alibi « démocratique » aux poursuites intentées aux opposants politiques à qui l’on interdit des manifestations et que l’on emprisonne.
Après deux sorties médiatiques pour répondre politiquement à deux arrêts de justice qu’il commente et interprète avec un renoncement évident à l’éthique judiciaire de la défense d’un avocat qu’il était vis-à-vis de M. Khalil Ibrahim BOURGI dit « Bourgi » et qu’il a trahi en rejoignant le poste de ministre. Après la décision de séquestration de M. Karim WADE par la CREI ou Comité des Rancuniers de l’Etat pour l’Injustice ou dans la libération de Madame Aïda N’DIONGUE, Sidiki KABA par ses commentaires pointait le bout de son nez qui montre son vrai visage. Et avec sa réplique d’hier au groupe de travail de l’ONU, Sidiki KABA démontre sans ambages (nettement sans détours) son option pour le cynisme, la perversité qu’il n’est plus à même de cacher pour tromper son monde Africain et international.
Oh, que cette saisie du groupe de travail a bien débuté (actions) avec la manifestation organisée par Madame Aïcha GUEYE à Genève, cette dernière suivie de la conférence de presse de M. ATANGANA à Paris dont parmi les invités étaient présents, M. Hatab N’DIAYE Secrétaire Général d’ASS-KAW, M. Meïssa TOURE coordinateur du PDS à Paris, Madame N’Goné GOMIS de MISAK ainsi que des militants toujours présents aux manifestations que le PDS et les organisations Karimistes organisent.
Avec cette ultime sortie de Maître Sidiki KABA, le masque de l’usurpation est tombé pour laisser publiquement place à cette conspiration d’hommes et de femmes sournois que l’on nous ressorte dans une sorte de chapeau magique où chacun jouera un rôle sans morale, en fonction du besoin.
Sidiki KABA, une « éminence grise » en droit, serait-il plus compétent que toutes les têtes intellectuelles Sénégalaises, Africaines ou internationales ? Certainement en traîtrise, cynisme, perversité et immoralité qu’il nous livre en grand spectacle, sans honte, parce qu’on l’a démasqué.
Après un parcours « éloquent » dans la défense des droits fondamentaux de l’homme ; cette posture ne lève pas souvent un soupçon que l’on pouvait lui attribuer de connivences avec les fossoyeurs de la loi, du droit et des principes fondamentaux des droits de l’homme ; il en profite pour masquer la torture qui sévit en ce moment au Sénégal, par l’emprisonnement des adversaires politiques qu’il justifie à grand écho d’une certaine presse complice. La promesse d’un poste de premier ministre futur ne fait qu’encourager cet homme politique encagoulé qui avance à petits pas vers la « gloire ».
Cependant, nous nous attelons à lui faire barrage dans sa propre ville de naissance, Tambacounda qui verra l’émergence d’une structure d’ASS-KAW (Action des Soutiens et de Solidarité à M. Karim WADE) dès le dimanche 07 juin 2015. Belle riposte militante de ceux qui croient encore à nos valeurs.
Combattre un symbole des nouvelles valeurs de traîtrise, de méchanceté, de haine, d’ingratitude, de mensonges et de sournoiserie est un acte noble, la carte électorale à la main pour réagir et vaincre.
Se tromper de bonne foi est excusable pour toute créature humaine de bon sens et de raison ; mais en faire une source de vie en toute connaissance de cause est criminel, abject et détestable.
Et si croire que commettre l’injustice est une forme d’indépendance d’un Etat vis-à-vis de l’international, alors, à ce rythme, le cercle de la vengeance sera implacable à chaque alternance !
Vive le Sénégal, vive la démocratie et vive l’Etat de droit sans la CREI (Comité des Rancuniers de l’Etat pour l’Injustice) et ses suppôts (complices des mauvais desseins de quelqu’un ; serviteur d’une mauvaise cause) qui se retrouvent au festin.
Mané Moussa, Responsable de la Cellule de Communication ASS-KAW (Action des Soutiens et de Solidarité à M. Karim WADE et de ses codétenus).

Email : asskawmonde2013@gmail.com

1 Comment

  1. Etre homme de conviction n’est pas donné à tout le monde. Surtout dans un pays pauvre comme le Sénégal. M. Kaba tente péniblement de défendre ce qu’il combattait du temps Wade et peut-être de Diouf. On pourchasse tous ceux qui sont membre PDS ou sympathisants PDS. On les met sous écoute pour suivre leur trace. Certains ont été emprisonnés pendant plus d’un an pour rien. Comme Ndéye Khady dont la mère est même décédée lorsqu’elle était en prison, la femme d’un militant emprisonnée avec son bébé pour faire pression sur le mari, Aidara emprisonné pendant 1 an parce qu’il avait un chèque de Wade, Aida Diongue emprisonnée pendant 2 ans pour rien, Maitre Sall emprisonné pour des paroles tenues, TOS emprisonné sur pression de Latif qui lui en voulait de l’avoir démasqué. La liste est longue. Pour tous ces gens là, à chaque que les juges ordonnent la liberté provisoire, c’est toujours le Parquet qui fait appel. Et le parquet dépend hiérarchiquement du gouvernement. Et c’est cet ancien avocat de droit de l’homme qui est ministre de la justice. S’il avait des convictions, il allait claquer la porte et quitter le gouvernement la tête haute. Mais c’est rare qu’un Sénégal se sacrifie pour des convictions. Dans les années 50 et 60 c’était possible. Maintenant il n’y a plus beaucoup d’hommes de conviction et c’est ce qui explique la transhumance à l’image des troupeaux des bétails des éleveurs qui changent de prairie en saison sèche pour se rapprocher des cours d’eau où l’herbe est encore verte.

Les commentaires sont fermés.