Les Karimistes alertent sur le piège des cartes d’électeur

Les inscriptions sont ouvertes pour l’obtention de la carte nationale d’identité de la Cdeao. Mais contrairement à l’ancienne formule, les inscriptions pour la carte d’identité Cdeao se font au niveau des préfectures et sous-préfectures du pays. Cette inscription permet l’obtention de la carte d’identité et de la carte d’électeur. Au même moment, des inscriptions se font au niveau des commissariats et des brigades de gendarmerie. Mais c’est seulement pour l’obtention de la carte d’identité seulement. C’est pour que ses membres ne tombent dans cette erreur que la plateforme des Karimistes de Louga a initié une campagne de sensibilisation à travers tout le département.

Selon son coordonnateur, Fallou Gallass Mbodji, tous les coordonnateurs de la plateforme s’étaient réunis à Louga pour discuter de la question et éviter que nos membres aillent s’inscrire dans les commissariats de police ou les brigades de gendarmerie. « Ils peuvent bien avoir une carte d’identité mais ils ne pourront pas participer au vote ».

A en croire Fallou Mbodji, il y a des personnes malintentionnées appartenant à des partis politiques qui profitent de l’affluence dans les préfectures pour détourner des citoyens vers les commissariats de police. « On ne voudrait pas que nos membres tombent dans ce piège. On a déjà fini de recenser nos membres et sympathisants dans le cadre de la campagne « une maison, trois cartes pour Karim » que nous avons initiée depuis bientôt deux mois. Nous allons retourner vers ces personnes pour leur sensibiliser sur la question » a fait savoir Fallou Gallass Mbodji, coordonnateur de la Plateforme des Karimistes de Louga qui demande à ses camarades de rester vigilant et aller s’inscrire massivement quel que soit le temps que ça va leur prendre et surtout profiter de la période de gratuité qui dure six mois.