Les graves accusations de Aïda Mbodj :  » Le camp du OUI a brandi la menace de priver les bénéficiaires de bourses sociales »

«Des cas d’achat de conscience et des cas de fraude ont été enregistrés  lors du scrutin référendaire du 20 mars». C’est en tout cas la conviction de Mme la député Mme Aida Mbodji, mandataire du front du NON qui présidait le dimanche  27 mars, une assemblée générale d’évaluation du scrutin référendaire à Bambey.

Le Président du conseil départemental de Bambey,  la député Mme Aïssatou Mbodji  qui présidait le dimanche 27 mars, dans les locaux de l’hôtel de ville de ladite commune  une assemblée générale d’évaluation, dénonce «les cas d’achat de conscience et de fraude qui ont émaillé le scrutin référendaire ». Le mandataire du courant du NON, déclare : « il y a un achat de conscience constaté et  avéré. Mais il y a une révélation grave qui traduit une situation de fraude.

Il s’agit d’un  décalage entre le nombre de bureaux de vote annoncé par le directeur général des élections et le nombre de bureaux annoncé par le juge chargé du recensement des votes et de la proclamation des résultats . Ce dernier a annoncé 13 594 bureaux de vote contre 1 3381 bureaux de vote. Cela est un décalage qui veut dire que toutes les conditions étaient réunies pour opérer à une fraude. Nous dénonçons cette fraude au niveau de Ngoye. Nous avons perdu au niveau d’autres communes Mais c’est à Ngoye où nous n’avons pas le  personnel politique adéquat qui pouvait faire face .Ce qui a donné lieu à une fraude. On a fait de la rétention des résultats jusqu’au lendemain à 13 heures ».

Elle a d’autre part « accusé les responsables du courant du OUI d’avoir brandi la menace de  priver les  bénéficiaires de bourses sociales. Ils ont proféré des menaces au niveau du conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) pour fermer la radio Bambey Fm ». Sur ce pont elle déclare : « nous les attendons de  pied ferme ». Pour elle, ceux qui se sont abstenus sont du camp du NON.

 

1 Comment

  1. 12 381 bureaux de vote annonce le ministère de l’intérieur pour donner aux sénégalais ce qu’il y a comme cartographie électorale du Sénégal.
    13 594 bureaux de vote déclare le juge pour annoncer les résultats. Durant le processus de vote, les bureaux ont augmenté de 1 213. Avec une moyenne de 500 électeurs par bureaux, c’est pas moins de 606 500 votes fictifs qui ont été comptabilisé pour le OUI. Ce qui permet de voler la victoire du NON pour la donner au OUI et de hausser le taux de participation.
    Face à ces évidences incontestables, je n’attend des fanatisés que des « va chercher du boulot », « tu es hors sujet », « le référendum est derrière nous », « tu ne peux digérer ta défaite », etc, etc. Tout ce qui peut détourner du sujet est le bien venu. Le seul argument possible, c’est le refus d’argumenter, un gros « Maa tey ». Une vérité s’affiche plus clairement: ces réformes sont obligatoires à Macky à tout prix, même au prix du gonflement des bureaux de vote. La raison de ce référendum n’est pas encore dite au peuple sénégalais.
    NB
    Je soupçonne que ni le juge, ni un autre du pouvoir n’ira aborder ce sujet pour tenter une explication de ces 1213 bureaux de vote fictifs. Ils tenteront, comme a commencé de le faire Mimi Touré, de noyer l’affaire par le lancement de d’autres sujets dans les titres des médias. Quitte à payer. Nous aurons prochainement beaucoup de titres sur le statut de l’opposition, le chef de l’opposition, Tant de milliards « investis par telle banque, un joli chiffre offert par le FMI, traque des biens mal acquis, récupération des « biens » de Karim, etc. Mais le sujet de la fraude, ils le fuiront. Même leurs fanatisés sont en train de chauffer leurs insultes.

Les commentaires sont fermés.