Les « Fous » du Sénégal interpelle Macky Sall sur leur conditions inhumaine d’errance

Déclaration liminaire

Par Ansoumana DIONE

Chers journalistes,

C’est un réel plaisir pour nous de vous recevoir ici au Siège de la RADDHO, pour cette conférence de presse que nous avons retenue dans le cadre de la célébration de la quatrième édition de la Journée Nationale des Malades Mentaux Errants. Cette année, le thème que nous avons choisi est : « Agir pour les malades mentaux errants ». Depuis plusieurs décennies, notre pays est confronté par ce triste phénomène des malades mentaux errants. Partout dans nos villes, ces concitoyens ne jouissant pas de leurs facultés mentales, sont abandonnés dans les rues, sans la moindre assistance. Au total, ils étaient en 2013, au nombre de deux mille cent quatre douze (2192) qui ont tous encore besoin de soutien, par une prise en charge médicale gratuite, leur permettant de se réinsérer dans la société et participer au développement du Sénégal. Pour cela, nous avions sollicité et obtenu en 2001, de la Commune de Kaolack, un terrain de quatre hectares sur lequel le Gouvernement, sous l’ère Abdoulaye WADE, nous a fait construire en 2004, en tant que partenaire, un centre d’encadrement et de traitement, d’une valeur de huit cent millions de francs CFA.

Malheureusement, avec l’arrivée du Président Macky SALL au pouvoir  en 2012, le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, le Professeur Awa Marie Coll SECK nous confisque arbitrairement notre principal outil de travail. Pire, elle essaye de le transformer en vain en un centre de formation avicole pour les malades mentaux stabilisés, issus de l’Hôpital psychiatrique de Thiaroye, dans le but de nous empêcher de dérouler notre programme et aux malades mentaux errants de se faire soigner. Conséquence de cette attitude indigne d’un Ministre de la République, le centre est jusqu’ici non fonctionnel, sans électricité, depuis son inauguration, en 2014, par l’ex-Premier Ministre, Madame Aminata TOURE. Maintenant, il appartient au Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL d’agir pour ces malades mentaux errants, en prenant ses responsabilités, pour restituer à l’ASSAMM, reconnue par l’Etat su Sénégal, son Siège situé à Kaolack et pour lequel nous avons consacré toute notre vie. C’est la raison pour laquelle, nous lui demandons, solennellement, en cette journée extrêmement importante et décisive pour l’avenir des malades mentaux errants, de bien vouloir nous venir en aide afin que nous puissions secourir, à notre tour, ces concitoyens qui ne seront jamais en mesure de s’auto-prendre en charge. Pour résoudre ce phénomène qui ternit l’image de notre pays, vous conviendrez avec nous qu’il faut obligatoirement un centre d’accueil, l’Hôpital psychiatrique de Thiaroye n’étant plus apte à cela.

Mesdames et messieurs, à l’occasion de cette journée, nous invitons les forces vives de la Nation à agir pour que les droits des malades mentaux errants, qui font partie intégrante de notre société, soient totalement respectés. Qu’ils soient religieux, sportifs, artistes, communicateurs traditionnels, journalistes, syndicalistes, entre autres, tous doivent agir en leur faveur. En tout cas, il est injuste de la part du régime du Président Macky SALL de barrer la route aux patriotes que sommes et dont le seul tort est de vouloir assister des nécessiteux qui passent tout leur temps dans la rue, avec ce que cela constitue comme danger pour eux-mêmes et pour la sécurité publique. Au Sénégal, les malades mentaux errants sont exclus dans toutes les politiques de développement et il n’y a que l’ASSAMM qui se préoccupe de leur sort, suffisant pour qu’on nous laisse travailler pour le bonheur des populations.

En ce début du vingt et unième siècle, personne n’a le droit d’accepter que des individus, parce que tout simplement, ils souffrent de maladies mentales, soient laissés à eux-mêmes, sans assistance, l’être humain étant l’image de Dieu sur terre, à protéger et encadrer à tout prix. Au Sénégal, en Afrique et ailleurs dans le reste du monde, ils sont des millions de malades mentaux errants que l’humanité elle-même doit assister sans aucune condition. C’est pourquoi, nous ne solliciterons jamais assez une audience auprès de son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal pour que leurs difficiles conditions de vie, soient améliorées. Autrement dit, nous souhaiterions que notre pays intervienne dans ce sens, au niveau de la CEDEAO et auprès du système des Nations Unis, ce qui serait extrêmement importante pour notre diplomatie.

Chers journalistes, en attendant de répondre à vos éventuelles questions, nous vous remercions de votre aimable attention. /