Les fonds politiques sont nebuleux…Idy le sait et le procureur a eu tort de s’autosaisir

Que faire des fonds politiques ? A l’heure où les acteurs politiques déterrent le protocole de Rebeuss, la question de l’utilisation des fonds politiques resurgit, mais il n’y a pas lieu de poser ce vieux débat. C’est du moins l’avis d’Alioune Abatalib Guèye, député à l’Assemblée nationale, qui réagit à la sortie du procureur de la République. Le parlementaire estime que «c’est une aberration de s’autosaisir de cette affaire.

Il n’y aucun fondement juridique. Pourquoi, à son temps, si on avait considéré ce «Protocole de Rebeuss» comme une infraction ou un détournement de deniers publics, on n’a pas déclenché l’action publique ? Pourquoi, le procureur ne s’était pas autosaisi de cette affaire ?», s’interroge-t-il, avant d’ajouter : «Les fonds politiques ne sont ni traçables ni justifiables».

Mieux, «Le chef de l’Etat n’est pas dans l’obligation de justifier l’utilisation des fonds politiques. C’est un montant global qu’on vote pour lui», tient-il à rappeler, dans les colonnes de l’Observateur de ce mardi. Recommandant de classer ce dossier de manière définitive, il précise que ces fonds ont pratiquement bénéficié à toutes les couches de la société y compris la classe maraboutique.

«Si on remonte le temps pour en savoir un peu plus sur l’utilisation des fonds politiques, il y aurait certainement des personnes insoupçonnées et même des chefs religieux qui vont rendre compte», met-il en garde. A l’en croire Alioune Abatalib guèye, «Il n’y a presque pas une couche de la société qui n’en a pas touché».