Les Etats Unis félicitent le Sénégal et les 26 pays du monde qui ont accueilli des prisonniers de Guantanamo

Le communiqué du Bureau du Porte-parole du Département d’Etat des Etats-Unis au sujet de la déclaration du Secrétaire d’Etat américain, John KERRY, sur l’asile humanitaire que le Sénégal a offert à deux anciens détenus de Guantanamo.

DÉPARTEMENT D’ÉTAT DES ÉTATS-UNIS
Bureau du Porte-parole
Déclaration du Secrétaire d’État

4 avril 2016

Le Sénégal offre la réinstallation humanitaire à deux anciens détenus de Guantanamo

Les États-Unis sont très reconnaissants à leur partenaire, la République du Sénégal, d’avoir offert la réinstallation humanitaire à deux anciens détenus du Département de la Défense qui étaient incarcérés au centre de détention de Guantanamo Bay, à Cuba.
Le 4 avril, le Département de la Défense a annoncé le transfert de deux ressortissants libyens vers la République du Sénégal. Le transfert de ces deux individus, en l’occurrence  Salem Abdu Salam Ghereby (Numéro de série d’internement (ISN) 189) et Omar Khalif Mohammed Abu Baker Mahjour Umar (ISN 695), a été approuvé à l’unanimité par six ministères et organismes du gouvernement des États-Unis, soit à travers le Groupe de Travail inter-institutions créé par le décret présidentiel de 2009-2010 ou le récent processus de la Commission d’examen périodique. Le Sénégal rejoint ainsi 26 pays qui, depuis 2009, ont  élargi les possibilités de réinstallation à près de 100 détenus.
Les États-Unis apprécient l’aide généreuse du gouvernement du Sénégal dans le cadre de la poursuite de ses efforts pour fermer le centre de rétention de Guantanamo Bay. Cet important  geste humanitaire est en droite ligne avec le leadership joué par le Sénégal sur la scène mondiale.

Comme le Président l’a réaffirmé à plusieurs reprises, l’Administration  est déterminée à fermer le centre de détention de Guantanamo Bay. Le maintien des activités du centre de détention compromet notre sécurité nationale en drainant des ressources, et en portant atteinte à nos relations avec des alliés et partenaires clés, et sert d’outil de propagande pour les extrémistes violents. Nous prenons toutes les mesures possibles pour réduire la population des détenus à Guantanamo et fermer le centre de détention en toute responsabilité, de manière à protéger notre sécurité nationale.

1 Comment

  1. De toute sa vie politique, Macky n’a été qu’un outil utilisé par d’autres pour leurs besoins. D’abord c’est Farba Senghor qui l’introduit chez Wade. Peut être que Farba voulait s’en servir. Mais l’histoire ne dit pas qu’il l’ait fait. C’est Idy, très fin, qui découvre tout ce qu’il peut tirer d’un homme aussi maniable. Idy, donc, le couve, le propulse à la tête des cadres libéraux, puis à l’Intérieur. Idy outillait son homme pour le coup d’état rampant. Wade n’est pas idiot, il découvre et éventre. Sa solution: utiliser le même outil. Wade retourne, donc, Macky contre Idy. C’est le constat de cette trahison qui fait rappeler Idy que l’outil était son himeur de thé. Mais Macky ne trahit pas, il ne fait que vivre sa nature, il est comme ça. Il sert ceux qui savent s’en servir. Wade utilise donc l’outil contre son premier utilisateur. Ben, les français aussi ne sont pas des idiots. Ils ont lu le CV de l’outil. Aptitude: servir ceux qui savent s’en servir. Expériences: employé de Idy contre Wade, employé de Wade contre Idy. Les français ont compris que c’est l’homme qu’il leur faut. Premier débauchage grâce au fromage de la légion d’honneur. Le reste, vous l’avez compris, se déroule sous nos yeux. Alors, expérience en cours: employé de la France.

Les commentaires sont fermés.