Les diplômés sans emploi rappellent à Macky…Les 500.000 emplois

Où sont les 2301 emplois ?

Lors de la campagne présidentielle de 2012, le candidat Macky Sall avait promis de créer 500.000 emplois durant son mandat, s’il était élu. Une promesse qui avait suscité un grand espoir chez les jeunes. Mais quatre ans après son élection, c’est le désenchantement total chez la plupart des jeunes. Pour relativiser la promesse présidentielle, le gouvernement parle de plus en plus de la nécessité d’encourager l’auto-emploi.

Les difficultés pour les jeunes de trouver un emploi ouvrent la porte à toutes les aventures, comme l’émigration clandestine avec son cortège de drames. Certes, le niveau de sous-développement du Sénégal est une des causes du chômage des jeunes. Cependant, il n’explique pas tout.

Plusieurs questions viennent alors à l’esprit quand on évoque ce douloureux problème. Est-ce que les autorités de ce pays se sont réellement préoccupées de l’emploi des jeunes ? Ont-elles réellement essayé de réfléchir à une stratégie pour trouver des solutions durables à ce problème ? Ont-elles pris la pleine mesure des conséquences économiques et sociales de ce problème ? Ont-elles essayé d’écouter les plus concernés et examiner les solutions qu’ils proposent ? A toutes ces questions, le RDSES répond par la négative.

Le 4 juin 2015, la Direction Générale de la Fonction Publique sous l’égide du Ministère de la Fonction Publique, de la Rationalisation des Effectifs et du Renouveau du Service Public a publié le quota des recrutements qui devaient se faire dans le cadre du renforcement des capacités et de la promotion de l’emploi, notamment des jeunes, sur décision du Président de la République. Il s’agit de 3546 postes à pourvoir. Car il avait bien été noté qu’il sera procédé au recrutement de personnels correspondant aux besoins et postes vacants recensés dans les différents Ministères et que les recrutements s’effectueront sur la base des demandes d’emploi de la Fonction Publique (www.fonctionpublique.gouv.sn). Les travaux de sélection des candidats devaient se dérouler entre Juin et Novembre 2015.

Jusqu’à présent, seuls 1245 personnes ont été recrutées. Les 801 ont été recrutés le 4 août 2015 et les 444 autres n’ont été recrutés que le 26 avril 2016 soit six mois après l’expiration du délai que la Direction Générale de la Fonction publique s’était fixée. Ainsi, il reste 2301 postes vacants à pourvoir dans la Fonction publique.

Le RDSES ne comprend pas pourquoi ces recrutements n’ont pas été effectués, s’étonne qu’aucune explication n’ait été donnée à cette situation, demande au Ministère de la Fonction Publique, en charge de ce dossier, d’éclairer la lanterne des Sénégalais et avertit quant aux risques et soupçons de recrutement clientéliste qui entoure ce dossier.

Malgré la patience affichée par les milliers de jeunes diplômés inscrits sur la plateforme du Ministère de la Fonction publique, le RDSES appelle les postulants à ne pas rester les bras croisés et à exiger que les recrutements soient effectifs avant la fin de l’année. Si cette situation perdure les jeunes diplômés auront de justes raisons de manifester dans les rues.

Aussi pour une plus grande insertion des diplômés, nous demandons au Ministère de la justice de reprendre l’organisation des examens ou concours donnant accès aux professions libérales telles que le notariat, les professions libérales d’huissier de justice, de commissaires-priseurs etc.

Nous estimons que l’accessibilité de la justice requiert la disponibilité d’un nombre suffisant notamment d’huissiers de justice pour une bonne administration de la justice. Cependant, nous avons constaté que malgré les décrets (décret 2015-389 abrogeant et remplaçant le décret n° 2002-803 du 09 août 2002 portant statut des huissiers de justice) portant statut des Huissiers de justice, le concours n’a jamais été organisé. Ce qui ne permet pas l’égal accès des citoyens à la profession. L’élargissement de l’accès aux professions libérales aura un impact positif sur la résorption du chômage des jeunes diplômés.

Le RDSES est une association apolitique à but non lucratif crée le 25 août 2011 dont le but est l’accès à l’emploi des jeunes diplômés via le plaidoyer auprès des autorités et la société civile, par des partenariats et le renforcement des capacités de ses membres. Nous œuvrons à construire une société juste et prospère à travers une formation supérieure de qualité et un accès équitable à un emploi décent pour les générations actuelles et futures.

Dakar, le 31 août 2016

RDSES (Regroupement des diplômés sans emploi au Sénégal)