Le traître Ousmane Ngom dans les prairies Marron-Beige…Le prédateur du pouvoir est toujours au rendez-vous

PRÉSIDENT Ô DÉSESPOIR

Ousmane Ngom , d’une interdiction de sortir du territoire, en passant par la liste des dignitaires du PDS présumés coupables de détournement de deniers publics, aux prairies beiges et marron …
Qui l’eut cru , avec un modus operandi teinté d’oraison funèbres . En effet, après Bécaye Diop, l’ancien ministre des forces armées, la nouvelle stratégie du locataire du palais semble être sortie d’un laboratoire ourdi pour la chasse de transhumants .
L’indécence frise le ridicule dans ce pays qui a fini de démontrer que les deuils sont devenus une sorte d’investissements et de rendez-vous en tout genre.
C’est une lapalissade de dire que le président est uniquement préoccupé par sa réélection, au point de convoyer à chaque décès d’un membre de la famille d’un opposant une forte délégation pour aller à la chasse aux voix.
Ces actes sont condamnables à plus d’un titre , car on ne fait pas du business sur le dos d’un mort , même si c’est pour la bonne cause , avec en ligne de mire le douillet fauteuil présidentiel …
Revenons sur le cas de Oussou BB , qui est en train de prouver à la face du monde entier qu’il est haut perché sur l’échelle de la félonie .
Qui ne se souvient pas de sa traîtrise, lorsqu’il est allé rejoindre Diouf, avant de revenir auprès de Wade, la victoire aidant afin de trouver un os à ronger tel un chien galeux, donc sa démarche ne surprend personne.
En revanche ce qui me choque, c’est la manière dont le ministre de l’intérieur qui est le commanditaire du meurtre de Mamadou Diop est blanchi. Dans un autre registre, ce prédateur de nos maigres ressources avec le faux marché des cartes d’identité nationale est extirpé de la liste de la CREI. Au même moment ou de jeunes étudiants, dont un dispose d’un alibi, en étant formellement identifié comme absent de l’UCAD le jour de l’opération SANI KHËER, servent de boucs émissaires ou de tête de turcs .
Ils sont sacrifiés sous l’autel de l’orgueil, et de la justice des vainqueurs, une justice à deux vitesses, une pour le bas peuple et une autre pour les fossoyeurs de la république.
Cher président, il faut vous ressaisir, vous êtes le père de la nation, et vous n’avez pas le droit de mener à l’abattoir de pauvres jeunes qui portent l’espoir de toute une famille. Ce sont vos fils et vos filles, et mettez-vous à la place de leurs parents, pensez à vos enfants qui sont dans d’excellentes conditions à contrario de ces gosses qui se sont égarés un instant.
Usez de sanctions pédagogiques et citoyennes, de travail d’intérêt général, etc .
Faites des ponctions sur leurs bourses, mais sachez pardonner comme a su le faire votre devancier au point de nommer le judas à qui vous convoyez une délégation pour venir travailler à vos côtés, et qui à coup sûre, vous trahira pour le compte de votre successeur. Comme dit l’adage, traitre une fois, traitre à jamais.
À l’heure ou l’incivisme est à son paroxysme dans notre pays, sachant les efforts que vous fournissiez pour le respect de nos sceaux, il est opportun d’envoyer des signaux qui pourront servir d’exemple pour la jeunesse et le peuple.
À l’heure des inondations, avec sa cohorte de misère et de débrouille, sachez que des automobilistes empruntent des ponts destinés aux piétions avec tous les risques inimaginables.
Je suis intimement convaincu que certains parmi eux agissent ainsi, persuadés que l’impunité est érigée en règle dans notre pays.
Il est d’une nécessité impérieuse de veiller pour un retour aux fondamentaux, de mettre en place le service militaire et civil et de rétablir l’état de droit avant qu’il ne soit trop tard …

CHEIKH TIDIANE SALL
INITIATIVE POLITIQUE POUR UNE ALTERNATIVE AU SÉNÉGAL