Le syndrôme du PDS frappe Rewmi…La Fronde contre Idy en assemblée générale pour créer la Refondation

Idrissa Seck serait-il atteint du syndrome de la fronde qui secoue le Pds? C’est en tout cas ce que laisse envisager un communiqué de presse du Groupe pour la Refondation de Rewmi (GR.Rewmi) en assemblée constitutive générale, aujourd’hui, dans un hôtel de la place. Vent de rébellion à Rewmi ! Alors que le chef de file des rewmistes est en tournée politique à l’intérieur du pays, le mécontentement militant prend forme dans son parti. Encore diffuse et diverse, une fronde, comme au Pds, s’organise contre le président du conseil départemental de Thiès. Des membres de Rewmi, constitués en Groupe conduit par le député Omar Sarr, exigent la refondation du parti. Les réformistes se sont regroupés dans un collectif dénommé le Groupe pour la Refondation de Rewmi (GR.Rewmi). Ledit Groupe sera en assemblée constitutive générale, aujourd’hui, à l’occasion de laquelle, le coordonnateur national, le Député Oumar Sarr, nous dit-on, fera une importante déclaration. Que va-t-il dire ?. Djiby Diaw, un d’eux des frondeurs, annonce la couleuvre qui sera, certes, dure à avaler pour Idrissa Seck. Même si les frondeurs ont réaffirmé leur appartenance au parti, il n’en demeure pas moins, selon Djiby Diaw, qu’ils (les frondeurs) ne partagent plus la vision de leur leader, Idrissa Seck. Si l’on se fie aux propos de M. Diaw qui s’exprimait sur les ondes de Rewmi Fm, il ne s’agit guère d’un départ. «Certains responsables du parti, au regard de la situation actuelle, ont jugé nécessaire de se mobiliser pour amener tout le monde à travailler pour faire vivre le parti, en léthargie», a-t-il avancé. Non sans rappeler les raisons qui ont motivé cette décision. Selon toujours le porte-parole du groupe, Rewmi est confronté à beaucoup de départs et de frustrations. «Il y a une gestion paternaliste et patrimonialiste du parti qui ne satisfait pas bon nombre de militants frustrés», a-t-il expliqué à nos confrères de Rewmi Fm. Ne se retrouvant plus dans la démarche du parti, les compagnons d’Omar Sarr pensent qu’il est de leur responsabilité historique de poser le débat pour que les choses soient corrigées. Thierno Bocoum, soutient, pour sa part, que ces réformistes veulent déstabiliser le parti. Il révèle qu’Omar Sarr n’est plus considéré comme un militant car, n’étant plus actif depuis octobre. Joint au téléphone, le chargé de la communication de Rewmi d’en rajouter cette couche : «nous n’avons aucune appréciation sur ce que Oumar Sarr ou son soi-disant porte-parole aurait dit. A Rewmi, nous ne considérons plus Oumar Sarr comme un membre du parti qu’il a quitté, d’ailleurs, depuis le mois d’octobre dernier.» Non sans enfoncer le clou : «quand il s’est agi de mettre en place le groupe parlementaire de Rewmi, il a servi de bras armée au parti au pouvoir. Donc, nous ne nous intéressons pas à ce qu’ils font.»