Le Sénégal risque des sanctions dans la détention arbitraire de Karim Wade

Le Conseil de défense des droits de l’homme des Nations Unies a le pouvoir d’ordonner des sanctions contre le Sénégal pour le non-respect de l’avis du Groupe de travail de l’institution internationale sur la détention jugée arbitraire du citoyen Karim Wade. C’est l’avis de tous les experts présents hier, mercredi 5 août, à la conférence organisée par la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté (FNF), en partenariat avec l’Institut des droits de l’homme et de la paix (IDHP) de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

«La détention du citoyen Karim Wade est arbitraire, par conséquent les avis rendus par le Groupe de travail des Nations Unies doivent être respectés par le Sénégal qui est signataire des Conventions internationales. Au cas contraire, le Conseil de défense des droits de l’homme des Nations Unies a le pouvoir d’ordonner des sanctions contre le Sénégal». C’est l’avis du professeur Mactar Kamara de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

Pour lui, en raison de la globalisation, la souveraineté des Etats ne peut plus être un alibi pour se dérober du droit international qui prime sur le droit national.