Le scoop de l’Imam Diop : «23 milliards déjà acquis pour l’université de Guédiawaye »

En présence de nombreux notables et dignitaires religieux de la Cité Municipale Cherif Macky Sall et des populations des quartiers environs, qui ont fermé pour l’occasion leurs mosquées respectives pour se rendre au grand parc de la Cité Gadaye de Guédiawaye, Imam Massamba Diop, par ailleurs Président exécutif de l’Organisation islamique JAMRA, a dirigé la prière collective de l’Aïd-el-Kébir, devant de nombreux fidèles.

Le calvaire que vit présentement le monde musulman a occupé une bonne place dans le sermon de l’Imam qui a, encore une fois, exprimé son indignation de «voir des musulmans attenter à la vie d’autres musulmans, au nom de l’Islam». Un paradoxe qui a conduit la Oummah à faire l’objet, dans certaines parties du monde, de stigmatisation et autres procès d’intention. D’autant que les véritables enjeux de «cette 3e guerre mondiale, qui ne dit pas son nom, sont très éloignés du credo que professe depuis 14e siècle l’Islam, en tant que religion de paix, de fraternité et de solidarité, totalement aux antipodes des horribles et sanglantes exactions auxquelles la communauté mondiale assiste, quasi-impuissante».

Après avoir passé en revue l’historique de l’Aïd-el­-kébir, qui perpétue l’acte d’obéissance à Dieu de Seydina Ibrahima, aleyhi salam, Imam Massamba Diop a fustiger les comportements et attitudes qui dénaturent le commun vouloir de vie commune des musulmans. Soulignant que «même si on convoyait quotidiennement des milliards vers le Sénégal, sans que nous fassions l’effort de changer nos comportement, les meilleures initiatives de développement ne pourront conduire notre pays vers l’émergence». Car, martela-t-il, «le véritable changement, c’est le changement de comportement».

En concluant son prêche, et arborant sa casquette d’enseignant, de professeur de mathématiques et de président du conseil de surveillance de deux complexes scolaires («Le Groupe Baobab» et l’«Internat Abdou Latif Guèye»), il a annoncé à la jeunesse de la banlieue une initiative historique : la construction imminente de la première université de la ville de Guédiawaye. S’adossant sur un célèbre hadith du Prophète Mouhammed (psl), qui enseigne que «celui qui ne daigne pas remercier les hommes aura failli à son devoir de gratitude envers son Seigneur», Imam Massamba Diop a exprimé ses remerciements au Président de la République, Monsieur Macky Sall, pour la mise à disposition d’un terrain de 6 hectares, devant héberger cette première université privée de la banlieue, dont le financement (par joint-venture internationale) vient d’être bouclé, à hauteur de 35 millions d’euros (environ 23 milliards fcfa). La construction de cette université moderne sera assurée par la firme chinoise, «Chino-Hydro», qui a d’ailleurs en charge nombre de chantiers btp sur le sol sénégalais.

Ainsi, après le terrain omnisport, à l’entrée de Pikine, ce nouveau dispositif dans l’architecture de l’enseignement supérieur du Sénégal est un acquis de taille pour la jeunesse de la banlieue, qui disposera désormais de «son» université. Imam Massamba Diop, après avoir confondu dans ses remerciements le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne, pour ses précieux conseils, et le Maire de Guédiawaye, M. Aliou Sall, a révélé que c’est ce dernier qui a lui-même proposé le nom de baptême de l’université, dont le chef de l’Etat, M. Macky Sall, aura la primeur, lors de la pose de première pierre de ce projet. Qu’il demande à la jeunesse de s’approprier, en se mobilisant dès maintenant, pour donner à la cérémonie inaugurale un cachet exceptionnel.

L’Organisation islamique Jamra et l’Observatoire de Veille Mbañ Gacce expriment leurs chaleureuses félicitations au frère Imam Massamba Diop pour cette initiative, et lui souhaitent plein succès dans la matérialisation de ce noble projet, qui honore tout le système éducatif de notre pays.

Dakar, le 12 Septembre 2016,

Mame Mactar Guèye, Vice-Président de JAMRA