Le rêve de Macky Sall et le cauchemar des Sénégalais : L’exemple pathétique de Kaolack et environs

Le Sénégal serait donc sur la voie de l’émergence parce qu’on construit des  infrastructures superflues comme le centre de conférence international Abdou Diouf, une arène nationale, un train express régional, etc. ! Alors que l’urgence dans le pays profond demeure la construction de routes et d’infrastructures de bases, on se complait dans une sorte de misère dorée pour se faire bonne conscience et davantage tromper le citoyen. Alors que le pays profond se meurt dans une misère toujours plus profonde, on créé des institutions inutiles, incertaines et couteuses pour caser une clientèle politique. Alors que l’impact des conseils de ministres décentralisés est nul, on continue encore à promettre monts et merveilles aux Sénégalais. La réalité du pays est pourtant d’une étonnante morosité même si le temps d’un référendum a maquillé la grisaille en marron-beige.  Le Sénégal est comparable à un corps grippé : toutes les parties de ce corps sont affectées par la douleur même si la tête pense à la fête.

Dans le sud du Sénégal ainsi que dans le nord et dans l’est, on se sent tellement amputé du pays qu’on n’hésite pas à dire « je vais au Sénégal » pour signifier « je me rends à Dakar ». Il y a tellement de fossé entre la capitale et le reste du pays que les gens de l’intérieur ne sentent pas Sénégalais à part entière ! Les différents régimes qui se sont succédés n’ont probablement pas compris les graves enjeux qu’il y a derrière cette anomalie : au lieu de chercher à la juguler on l’accentue par une sorte de fixation sur Dakar. Et le pire est que ce Sénégal vers lequel migrent les populations de l’intérieur du pays est en train de se rétrécir progressivement. Il y a quelques années, Kaolack et environs faisaient partie de ce « Sénégal » mieux nanti que les régions périphériques qui constituent le pays réel, mais depuis des décennies, Kaolack poursuit inexorablement une mort dont les signes perceptibles de loin, comme les soupirs éplorés d’un agonisant, sont : la montée du sel, la dégradation stupéfiante des infrastructures, l’insoutenable amoncellement d’immondices, etc. Kaolack est l’exemple pathétique d’une absence de vision politique qui a perpétué la même idéologie que celle qui sous-tend la dichotomie entre les citoyens des quatre communes et les indigènes du reste du pays. On n’a rien fait pour briser les fondements politiques qui alimentent une sorte de ségrégation qui confirme encore que la démocratie ne se résume pas seulement à l’organisation de joutes électorales : la démocratie économique c’est aussi l’accès équitable des populations aux ressources de la nation.

Ceux qui connaissent la ville de Kaolack et la région du même nom savent que l’idée d’un Sénégal émergeant n’est que l’éclat d’une boule de glace qui n’attend que les premières lueurs du soleil pour s’affaisser définitivement. Il est bon de rêver et de faire rêver, mais à condition qu’on ne confonde pas rêve et utopie, espoir et illusion destructrice du réel. Faire croire aux Sénégalais que l’émergence économique est pour bientôt alors même que l’intégration entre les différentes régions du pays n’est nullement rendue possible par l’existence d’infrastructures routières primaires, ce n’est pas un rêve ; c’est plutôt un mensonge qui détourne de la nécessité de prendre conscience de l’étendue du désastre et de l’engagement indispensable pour l’affronter. Il ne faut pas que les mots d’ordre et les credo fabuleux soient des déguisements effrontés de notre échec et de notre impuissance face au réel.

Pour quiconque connaît Kaolack, le rythme auquel les murs des maisons sont dévorés par le sel, toujours plus avide, n’est que le symbole d’une ville lessivée et desséchée progressivement par des hommes politiques dont la lucidité et l’inventivité sont totalement assommées par la frénésie du gain personnel. Ceux qui connaissent Kaolack sont surtout étonnés durant l’hivernage par la proximité surprenante entre les hommes et les immondices qui, de plus en plus, squattent l’espace destiné au commerce et à l’habitation humaine: de la gare « garage Nioro » au pont « Noiraud », un spectacle ahurissant d’une familiarité entre le l’homme et les déchets s’offre au regard désabusé du passant. Comment une telle complicité est-elle possible entre l’homme et la saleté ? Des étals de commerce au milieu des mares d’eaux boueuses, des clients qui sont obligés de patauger dans des abris naturels de toutes sortes de germes de maladie !

Kaolack est probablement la ville la plus mal assainie du Sénégal et il serait intéressant qu’en nous montrant les réalisations du gouvernement et de la mairie, les télévisions sénégalaises fassent également découvrir au pays ce que vivent les Kaolackois. Il y a énormément de choses à faire et, c’est précisément cela qui nous confirme dans notre certitude que dans ce pays, l’organisation de cérémonies fastes est devenue un crime ; que la réduction drastique du train de vie de l’État est une impérieuse nécessité ; que la restitution à l’État des deniers publics apparemment confisqués dans des comptes à l’étranger est la première exigence morale, et que la poursuite des Audits et l’application des résultats de ces Audits est la condition sine qua non de la confiance entre les gouvernants et les gouvernés.

Ceux qui fréquentent les routes Fatick-Kaolack et Kaolack-keur Ayib ne peuvent plus tolérer qu’on leur dise que le Sénégal va, sous peu, être un pays émergeant. Là-bas le temps est comme suspendu : c’est proprement inadmissible qu’en ce 21e siècle, le Sénégal en soit encore à ce niveau de dégradation de ses routes principales. Comment peut-on regarder des routes se dégrader à un tel point ? Comment peut-on regarder, indifférent, des citoyens Sénégalais, subir depuis longtemps un tel calvaire pour un voyage qui, normalement, ne devrait même pas durer une demi heure ? L’état de ces routes et les périls qui en découlent nous montrent clairement qu’il y a quotidiennement des crimes contre l’humanité commis par des décideurs à l’insu de tous ; des crimes qui sont aussi abjectes que ceux pour lesquels de malheureux citoyens sont sévèrement punis.

Quand on arpente les belles artères de Dakar dans sa luxurieuse voiture, il y a une foule informe de gens qu’on dépasse sur la route ; les uns tendant la main, les autres s’activant avec labeur et souffrance dans leur corvée pour assurer la dépense quotidienne, d’autres marchant sous le chaud soleil parce qu’ils n’ont même pas le billet pour prendre le bus. Ces gens, si on ne réfléchit pas, on ne les voit même pas et on sous-estime leur sort : il peut apparaître absurde alors d’entendre quelqu’un dire que les Sénégalais sont fatigués. Dans les boulevards de la vie, il y a toujours des êtres humains qui sont laissés en rade, et on doit mesurer le progrès, non par l’augmentation des richesses d’une minorité, mais par la réduction du nombre de ceux qui croupissent dans la misère à côté d’un luxe insolent dont notre pays pouvait d’ailleurs se passer. On n’hésiterait alors à dépenser des sommes faramineuses pour le plaisir d’une extrême minorité de Sénégalais fussent-ils sportifs. Le meilleur homme d’État n’est donc pas celui qui se complait dans des dépenses de prestige, mais celui qui travaille à résoudre le problème de l’injustice sociale trop flagrante pour être indéfiniment supportée par le peuple. Si Kaolack, à 200km de Dakar, est si mal lotis, quel est alors le sort des villages et des communes rurales de l’intérieur du pays ? Un Chef d’État devrait davantage voyager à l’intérieur du pays qu’à l’étranger pour ne pas courir le risque d’être abusé par des renseignements généraux et par des ministres dont la faculté de mentir au chef est le seul gage de survie, tellement leur médiocrité est indiscutable.

Si j’étais chef d’État dans un pays comme le Sénégal je passerai plus de temps à l’intérieur du pays qu’à Dakar ou dans des Sommets dont l’impact pour le Sénégal profond n’est nullement établi. Ce n’est pas décent que, plus de cinquante ans après notre indépendance, il y ait encore des gens qui continuent de penser que les bienfaits de la vie en république ne les concernent pas et que l’État n’est qu’une entité fantomatique dont la durée de vie est tout juste le temps d’une élection. Personne n’a jamais dit que la misère dans ce pays devrait et pourrait être éradiquée à coup de bâton magique ; ce que le pays exige c’est un effort constant et certain dans le sens d’atténuer cette misère et cela passe forcément par un signal fort et clair et non par un miroitement éphémère d’une étincelle qui n’est que leurre.  Il s’agit de redonner à la justice sa souveraineté, de cesser de faire la promotion de médiocres, de sanctionner sérieusement ceux qui le méritent, de restituer au peuple ses ressources au lieu de les confisquer dans l’entretien d’un gouvernement et d’une administration toujours distants du peuple, de suspendre la propagande devenue non seulement ennuyeuse, mais aussi une cause de révolte populaire.

 

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck/Thiès

1 Comment

  1. C’est seulement le centre Abdou Diouf que Macky a réalisé. Ses partisans et sa presse ont pris l’habitude d’appeler les poses de première pierre de Macky « réalisations ». Bizarrement même Kitane est tombé dans leur piège. On comprend, ce sont les effets de la dictature du mensonge sur les sénégalais. Le pouvoir répète tellement un mensonge que nous finissons par le répéter avec lui. Mais le cas de Kaolack est quand même très intéressant. Parce qu’il s’agit d’un exemple des mensonges des conseils des ministres délocalisés, mais un mensonge particulier où le pouvoir de Macky a poussé le bouchon jusqu’à nous dire qu’il a budgétisé les milliards nécessaires, il a poussé jusqu’à faire voter les députés, en Décembre 2012, et surtout, il a donné des dates de démarrage des travaux. Bientôt 4 ans après, toujours rien. Et personne pour faire allusion à ces mensonges, ni la presse, ni les députés qui avaient voté.

    Rappel.
    Je n’ai eu de cesse de rappeler que de tous les mensonges portant sur des milliers de milliards des conseils des ministres décentralisés (des copies collées des conseils des ministres décentralisés d’Ali Bongo, depuis 2008), il y a quand même un cas qui mérite attention. Parce que c’est un cas qui ne prouve pas seulement un mensonge et une manipulation du peuple, mais c’est un cas qui pointe une faillite de plusieurs institutions du pouvoir de Macky, celui de la bonne gouvernance.
    Lors du conseil des ministres de Kaolack (2012), le PM, Abdoul Mbaye avait listé un ensemble de projets pour la région, et il disait que pour certains le financement est acquis, pour d’autres il est recherché.
    En fin d’année 2012, le gouvernement annonce que justement le financement pour la réhabilitation du port de Kaolack est acquis.
    Le financement pour les travaux a été budgétisé pour l’année 2013.
    L’Assemblée Nationale a voté ce budget 2013 avec une hausse qui était justifiée par les travaux du port de Kaolack.
    Le ministre de la pêche et des affaires maritimes, Pape Diouf, annonce le début des travaux de réhabilitation du port de Kaolack, devant l’Assemblée et devant le peuple à travers tous les médias disponibles.
    La preuve, ici (avant dernier paragraphe pour les fanatisés paresseux):
    tinyurl.com/mk5j5cj
    tinyurl.com/p8z4u84
    Nous sommes en 2015, et il n’y a encore aucun début de travaux au port de Kaolack. Mais il y a surtout que l’Assemblée a voté un budget, elle a pour mission de suivre son exécution, rien n’a été fait de ce qu’elle a voté, mais elle semble ne pas s’en préoccuper. Un budget voté en 2013, et non exécuté jusqu’en 2015, dans un pays de bonne gouvernance, ne doit quand même pas être sanctionné par le silence de l’Assemblée. Et pis, que n’a t on pas entendu et lu sur les rapports des IGE, de la Cour des Comptes, portant justement sur la Gestion 2013, mais aucune phrase concernant ce budget voté et disparu.

Les commentaires sont fermés.