Le récit d’un des plus grands magistrats du Sénégal sur le monstre qu’est la CREI…Il l’a dit bien avant l’affaire Karim

Quand le magistrat, dans son livre intitulé : « Mémoires d’un juge africain » Karthala juin 2010, donnait son point de vue ce n’était pas par rapport à l’affaire Karim WADE mais surtout par rapport à cette juridiction d’exception qu’est la CREI.

Ousmane CAMARA est un grand juriste, Procureur des événements de 1962, ancien Directeur Général de la sureté, ancien Ministre de l’enseignement supérieur, ancien Président de la cour suprême, ancien Médiateur, ancien, ancien président de la cour d’appel de Dakar, ancien Président de la CREI, ancien maire de Diourbel…
Pour toutes ces fonctions, son avis ne peut être que celui d’expert et il a été publié bien avant l’événement de Karim WADE.
La visite de la page 242 de son livre, nous a permis de relayer son point de vue :

« Décret n 84- 1012 du 11 septembre 1984, je suis nommé Premier Président de la cour d’appel de Dakar en remplacement de Gilbert André, décédé.
Par le décret 84-1357 du 13 novembre 1984, je suis nommé cumulativement avec mes fonctions Président de la cour de répression de l’enrichissement illicite. Je n’ai heureusement pas en l’occasion de réunir cette juridiction quoique j’ai toujours considéré comme n’ayant pas sa place dans l’ordonnancement juridique d’un pays où règne l’Etat de droit… Pour moi, la présomption d’innocence doit toujours prévaloir. Celui qui accuse doit apporter les preuves étayant son accusation. Il m’a paru scandaleux que ce soit la personne accusée qui apporte la preuve de son innocence. »

Il n’a attendu que Karim WADE soit emprisonné pour donner son avis sur la CREI et encore son point de vue par rapport à la juridiction sénégalaise.

Dans le PSE l’état de droit se situe sur l’axe 3 et y occupe une place de confort. Alors nous pouvons commenter librement l’avis, publié en 2010, de ce grand magistrat émérite.

1 Comment

  1. MÉDECIN APRES LA MORT. ILS SONT TOUS COMPLICES DE CETTE MASCARADE JUDICIAIRE AVEC UN SILENCE COUPABLE. CE SONT NOS MARABOUTS, NOS INTELLECTUELS D’ICI ET D’AILLEURS, LA SOCIÉTÉ CIVILE, LES JOURNALISTES ETC… ILS ONT FAIT LE JEU DE L’OCCIDENT EN S’ACHARNANT SUR LE GRAND RÉSISTANT ABDOULAYE WADE.

Les commentaires sont fermés.