Le quota des députés des sénégalais de l’Extérieur soulève déjà la polémique

Le 20 mars dernier, le peuple sénégalais a voté à 62,54%, le texte proposé au référendum du 20 mars 2016 par le chef de l’Etat, Macky Sall. Dans la mouture du projet soumis au vote, notamment sur l’octroi de quota de députés devant figurer sur la liste des Sénégalais de l’extérieur, il a été simplement mentionné que le projet de révision constitutionnelle apporte des innovations importantes, notamment «la représentation des Sénégalais de l’extérieur par des députés à eux dédiés». Ce qui ne renseigne pas le citoyen sénégalais sur le nombre de sièges à conférer à ce qu’il convient d’appeler la «quinzième région du Sénégal».

Mieux, le texte proposé au peuple n’indique en rien d’où sortira le quota qui leur est réservé (listes nationales ou départementales). Cependant, la toute nouvelle coalition de l’opposition, à savoir l’Entente des forces de l’opposition (Efop) a fait cas d’une volonté manifeste du pouvoir en place de porter le nombre de députés de 150 à 160. Cela, en vue d’accorder les 10 sièges supplémentaires aux émigrés sénégalais, selon l’Efop. Une mesure qui est partie pour installer la polémique dans la sphère politique, si l’on se rappelle de la brouille à l’Assemblée nationale sur la désignation des membres du Conseil constitutionnel.