Le PS persiste et signe sur la nécessité d’avoir un candidat à la présidentielle…Que Tanor veuille ou non !

Pour la désignation d’un candidat ou d’une candidate aux élections Présidentielles ?
Le Secrétaire Général de notre Parti, le camarade Ousmane Tanor Dieng, a déclaré publiquement que « la vocation d’un Parti est la conquête du pouvoir ». Cette déclaration corrobore, nous semble-t-il celle qui lui avait été assignée par ses pères fondateurs. Dire ou agir, contre cette vocation première, remettrait en cause ou trahirait leur mémoire. Pendant quarante ans, notre Parti a été aux affaires jusqu’en 2000.
L’Arrivée au pouvoir des libéraux a marqué la fin d’une hégémonie socialiste mais lui a tracé la voie d’une reconquête du pouvoir.
Héritiers d’aujourd’hui, sachez que vous avez une lourde et double responsabilité, la responsabilité de ne ménager aucun effort pour la pérennité de notre parti, mais également la responsabilité de vous unir, pour reconquérir le pouvoir. Autrement, sachez, que vos héritiers, le seront malgré eux et se considéreront comme une génération sacrifiée. Aux uns et aux autres de s’assumer. Faisons l’économie de relater les causes qui ont fait que nous avons échoué lors des précédentes élections présidentielles, pour la simple raison, que chacun individuellement, connaît au tréfonds de lui-même le comment et le pourquoi ?
Qui détient le pouvoir que nous voulons reconquérir ?
Ouvrons les yeux et ne soyons pas dupes. Il s’agit bien des libéraux. Nous disons bien, les libéraux. Le pouvoir aperiste est né d’un différend politique entre Maitre Wade, ancien Président et l’actuel, M.Macky Sall, qui fut son premier ministre. Dire le contraire, c’est ne rien comprendre à la politique.
Le socialisme et le libéralisme sont deux doctrines antinomiques, rien ne les unit. Sinon, nous ne serions pas, les uns membres de l’international socialiste et les autres membres de l’internationale libérale. Nous, socialistes, nous avons la culture de la solidarité et de l’égalité démocratique. Cependant, les libéraux ont la culture de l’individu. Ce qui nous réunit, c’est l’intérêt de la nation. Et c’est cette même nation, par la volonté de son peuple qui a instauré le principe démocratique, et que nous avons perdu le pouvoir par les urnes.
Ce pouvoir, nous le voulons. Nous l’aurons si et seulement si nous savons faire le distinguo entre ce qui est utile pour l’intérêt de notre Parti et ce qui n’a d’apparence utile que pour des raisons égoïstes. Nous ne comprenons pas et n’accepterons pas que notre Parti, ne puisse pas présenter un candidat ou une candidate aux élections présidentielles ?
Le Parti socialiste, au nom des valeurs socialistes, démocratiques et morales, ne saurait se ranger, ou se fondre dans le libéralisme. Nous, militants, militantes, et sympathisants de France, nous disons, non et non. Ainsi, Nous lançons, un appel solennel depuis Paris, capitale de la France, aux responsables de notre Parti, à tous les militants, sympathisants, aux structures affiliées, d’Europe, d’Amérique, d’Afrique, et ceux vivant au pays, de dire :
Nous voulons et exigions, la désignation d’un (e) candidat (e) socialiste dans un délai raisonnable conformément aux statuts et règlement intérieur de notre Parti et comme convenu en Comité Central.
Nous nous engageons à se désolidariser de ceux qui veulent ou voudraient soutenir le pouvoir aperiste.
Nous sommes des socialistes et fiers de l’être. Vive le Parti Socialiste.
Abdoulaye SENE
Responsable Coordination PS France