Le PS doit quitter la coalition Benno Bokk Yaakar…La JDS persiste

La Jeunesse pour la démocratie et le socialisme (Jds) ne compte pas reculer d’un iota, dans sa volonté de lancer une pétition pour le départ des ministres socialistes du gouvernement de Macky Sall, ainsi que la sortie du parti de feu Léopold Sédar Senghor de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby). Dans une note parvenue à Sud quotidien hier, vendredi 30 septembre, Babacar Diop, Sg de la Jds et compagnie, maintiennent le lancement de ladite pétition à la permanence du parti à Thiès, en dépit de la mesure d’interdiction. Ils tiennent par ailleurs pour responsable la direction du parti pour tout acte de violence, ce samedi 1 octobre, lors de ladite cérémonie.

Va-t-on revivre les événements fâcheux qui se sont survenus le 5 mars dernier, lors du Bureau politique du Parti socialiste (Ps) ? En tout cas, ça sent le roussi du côté de la permanence Ousmane Ngom dudit parti, à Thiès. Pour cause, la Jeunesse pour la démocratie et le socialisme (Jds) tient coûte que coûte à lancer sa pétition pour le départ des ministres socialistes du gouvernement de Macky Sall, malgré la mesure d’interdiction. Dans la note parvenue à Sud quotidien hier, Babacar Diop, Sg dudit mouvement et compagnie indiquent que «la cérémonie de lancement par la Jds d’une pétition pour le départ des ministres socialistes du gouvernement et la sortie du Parti socialiste de Benno Bokk Yaakaar est maintenue en ce lieu, le samedi 1er octobre 2016». S’offusquant de la mesure d’interdiction de ladite cérémonie dans les locaux de la permanence du parti à Thiès, la Jds a tenu à préciser que «la permanence Ousmane Ngom de Thiès n’est la propriété d’aucun responsable du parti; elle est et restera un patrimoine commun à tous les socialistes du département».

Les jeunes socialistes ont par ailleurs regretté que «le débat démocratique que nous avons pris l’initiative de poser sur l’avenir du Parti socialiste ne trouve de réponse que sur le terrain de la violence». Au delà de l’interdiction de la cérémonie au niveau de ladite permanence, Babacar Diop et cie pensent que «des moyens sont déployés par des responsables du parti clairement identifiés, pour s’en prendre à l’intégrité physique du Secrétaire Général de la Jds, Babacar Diop».

En guise d’avertissement, la Jds informe : «aux responsables socialistes qui pensent qu’ils peuvent, par la violence, nous imposer le silence devant leur entreprise de destruction du Parti socialiste, nous rappelons notre détermination à mener, jusqu’à son terme, la campagne de pétition et, ceci, quel qu’en soit le prix». Selon eux, «les nervis convoyés à Thiès n’y feront rien», dans la mesure où «les fils de Thiès sont résolument engagés à servir de boucliers à Babacar Diop, pour faire face à toute forme d’agression physique contre le secrétaire général de la Jds».

Toutefois, Babacar Diop et compagnie tiennent pour responsable Ousmane Tanor Dieng. En effet, ils déclarent que «nous tenons la direction du parti pour responsable de tout acte de violence qui surviendrait ce samedi à Thiès…»