Le PS accuse le trotskiste Mahmouth Saleh de manipuler les jeunes « délinquants » de l’APR

C’est l’escalade de la violence entre le PS et l’APR…
La sortie musclée du Mouvement des élèves et étudiants républicains (Meer) contre le Parti socialiste (Ps) et son Secrétaire général ont fait sortir, hier, Abdoulaye Gallo Diao et ses camarades du Forum des jeunes socialistes (Fjs) de leurs gonds. Dans une déclaration intitulée «Manipulé et instrumentalisé par les trotskistes du Palais, le Meer jette de l’huile sur le feu», ledit Forum assène clairement : «Le Mouvement des élèves et étudiants républicains, doit être la dernière des structures de l’Apr à prendre la parole et la première à se taire, dans la mesure où elle constitue la dernière roue de la charrette». Et d’enfoncer le clou : «A défaut de se structurer, ce mouvement, sans tête ni queue, caractérisé par une anarchie totale, composé d’étudiants opportunistes qui n’ont rejoint l’Apr qu’après 2012, en quête de prébendes, voire de sinécures, se fait remarquer par son indiscipline, son manque de formation militante et de culture politique, en se faisant distinguer par une double ignorance, comme les ignorants du mythe de la caverne : non seulement ces étudiants ignorent tout, mais pire encore, ils ignorent leur ignorance».
A «ces jeunes délinquants politiques, irrespectueux et sans scrupule, manipulés par des irresponsables, comme  Mahmoud Saleh», Gallo Diao et Cie les invitent à «arrêter de jouer aux ‘faiseurs de malins’ et «d’apprendre à respecter les alliés de l’Apr et de Macky Sall plus particulièrement le Parti socialiste et Ousmane Tanor Dieng». «Nous invitons l’Apr à recadrer sans délai, le plus rapidement possible, le Meer, dans le respect des règles et normes qui régissent toute coalition de partis politiques engagés dans la perspective de poursuivre ensemble, l’intérêt supérieur du peuple Sénégalais», indiquent-ils. Pour eux, «le conflit qui oppose le maire de Macky Sall, leur camarade Khalifa Ababacar Sall au ministre du Renouveau urbain, découle d’une confusion de compétences, issue de l’Acte III de la décentralisation». «Les insuffisances et les dangers de cette réforme, ne peuvent guère, échapper à la sagacité de tout observateur objectif et averti», soulignent, en outre, ces jeunes socialistes.