Le Projet de société du PDS pour le Sénégal…C’est faire du Wade après Wade…

Le Pds, après avoir choisi son candidat, dévoile enfin son projet de société pour le Sénégal : «Abdoulaye Wade -Karim Wade».

Depuis la victoire du président Macky Sall le 25 mars 2012 et son accession au pouvoir, nous sommes les spectateurs d’une expérience ambitieuse et porteuse d’un espoir inédit depuis bien longtemps. La résistance du Président Macky Sall et du gouvernement sénégalais aux dogmes africains de la mauvaise gouvernance, la volonté de respecter des principes démocratiques aussi élémentaires que le régime précédent quotidiennement foulait aux pieds, la construction d’alternatives politiques et économiques : cette expérience revêt bien quelque chose de décisif, quelles que soient les critiques de l’opposition. Cette expérience, aujourd’hui, elle est en quelque sorte perturbée par une précampagne électorale prématurée de l’opposition et dont certains responsables de Benno, faut le reconnaître, ont répondu favorablement. Un Pds qui désigne son candidat à deux ou quatre ans de la présidentielle, candidature qui d’emblée a suscité des réactions et interprétations contradictoires au sein de cette même formation politique, ne devrait en aucun cas perturber le grand chantier de la mise en œuvre de cet ambitieux PSE. Si ces nains politiques ne peuvent comprendre le sens de notre engagement, de notre détermination (nous de l’Apr, nous de Benno), alors laissons les s’agiter jusqu’à l’heure de vérité. C’est à dire jusqu’à l’échéance en 2017 ou 2019, c’est selon. En attendant, ou plutôt sans attendre, la question qui se pose à nous dépositaires du pouvoir politique est, comment d’avantage s’inscrire dans l’action du gouvernement pour la réalisation du PSE, dans un soutien plus large et plus concret ?

L’exécution de cet ambitieux programme, le PSE, est méthodiquement mis en œuvre et exécuté par tous les acteurs concernés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Pour soutenir d’abord ce simple droit à l’existence de notre pouvoir politique élu démocratiquement, ensuite, à travers la politique définie par le Chef de l’Etat, le Président Macky Sall, le droit d’entreprendre pour un Sénégal meilleur où il fera bon vivre. Soyons sereins, et point de doute dans notre capacité à mener notre projet de société à terme. Agissons tous ensemble pour que vive un Sénégal libre de se transformer avec sérénité et exigence. Nous devons agir pour qu’aucune action sociale que nous engageons n’ait à souffrir ou s’interrompre faute de soutien, mais aussi pour faire exister une société civile et politique démocratique, ici au Sénégal et partout en Afrique, capable de prendre part au débat et à l’action qui concernent l’avenir de tout le continent. Nos nains politiques ignorent que les enjeux du PSE dépassent la seule situation du Sénégal, épicentre d’avancées démocratiques depuis des décennies pouvant servir d’exemple au plan continental pour conjurer à la fois les ravages de nos économies par la mal gouvernance et les menaces toujours présentes de la dévolution et confiscation du pouvoir. Dieu merci, le Président Macky Sall lui, tient vaille que vaille à réduire son mandat. Qui dit mieux ? A l’image de notre leader, cette force tranquille imperturbable de la nature, nous devons garder à l’esprit la pressante exigence d’une transformation en profondeur, avec des résultats probants de la société sénégalaise dont nous ne sommes que des missionnaires. Il est inadmissible que cette masse humaine en action pour la réalisation d’un si beau projet de société, qui prend forme chaque jour, reste à l’écoute de cette opposition qui n’a comme projet de société pour le Sénégal que : Abdoulaye Wade- Karim Wade. Ecoutons plus tôt le peuple sénégalais, ce peuple qui un jour du 25 mars 2012 a porté son choix sur le Président Macky Sall. Oui ce peuple lui mérite toute notre attention, tout notre soutien et au bout du compte la satisfaction de ses besoins ou tout au moins une partie de ses besoins. Dès lors, il est impératif dans Benno de savoir raison gardée. Un gouvernement de la République n’est pas une armée mexicaine, mais un bataillon choisi de par les aptitudes des femmes et hommes qui le composent, des femmes et hommes capables de faire bouger les lignes de fond vers l’avant.
Ces heureux élus qui tirent leur légitimité, leur «daradia» de par la confiance du Président de la République, ne doivent en aucun cas se laisser distraire par des apprentis sorciers, surtout tapis dans leur propre camp. Que l’opposition se mette à vociférer, pestiférer, s’époumoner pour déverser tout son venin dans les veines du pouvoir en place, on peut le comprendre. Mais que des Etats Major des différentes formations politiques de Benno, impliqués à cent pour cent dans la réalisation concrète du PSE, s’envoient des flèches empoisonnées quotidiennement, est une chose regrettable et inadmissible. L’opposition, si habile et experte dans l’usage de la langue de bois, veut faire croire aux Apéristes que leurs adversaires se trouvent actuellement à l’intérieur de Benno. Et ainsi saborder tout naturellement cette grande mobilisation en faveur du PSE. Ils oublient que dans bien des situations l’adversaire d’hier peut se révéler le meilleur et fidèle collaborateur d’aujourd’hui. Vous savez bien que si la maison Apr brule ce n’est nullement l’opposition qui dira : attention l’Apr votre maison est entrain de bruler. Leur objectif véritable est la faillite du PSE par tous les moyens, mais Benno ne se laissera pas distraire. Qu’ils se le tiennent pour dit. D’ailleurs ils ne nous apprennent rien de nouveau en disant que tel ou tel parti dans Benno aura son candidat pour les prochaines présidentielles. C’est quoi la vocation d’un parti politique si ce n’est d’abord la conquête du pouvoir ? L’Apr n’a jamais signé un contrat avec un quelconque parti politique qui engage ce dernier a ne pas présenter un candidat dans des élections. Entre les deux tours le candidat Macky Sall a simplement proposé aux partis politiques partageant sa vision, de venir travailler ensemble dans l’intérêt du Sénégal s’il est élu par le peuple sénégalais. Proposition approuvée par les partis concernés. Et depuis sa victoire le Président Macky Sall respecte sa parole donnée, ce pacte pourtant non écrit. Le moment venu, en toute responsabilité chaque parti dans Benno prendra librement sa position et assumera sans nul doute la suite. Mais pour le moment il s’agit de mettre en pratique la vision du Président de la République : le PSE qui constitue l’épine dorsale du Yonnou Yokouté, accepté et soutenu par l’ensemble de Benno depuis le second tour des élections présidentielles de 2012.

Alioune Ndao Fall
Secrétaire National chargé de la Diaspora.