Le procureur de la République conforté dans sa décision contre Omar Sarr par un éminent juriste de l’UCAD

Le professeur de droit pénal à l’Université de Dakar, Mody Gadiaga, est formel : « Ce n’est pas parce qu’une infraction est flagrante qu’elle doit être nécessairement jugée en procédure de flagrance. »
Réagissant à la polémique liée à l’affaire Oumar Sarr, le député libéral arrêté et inculpé pour flagrant délit, le spécialiste du droit pénal a tenu à recadrer les choses en faisant savoir sans ambages, « qu’il est absolument faux de dire que lorsqu’une infraction est flagrante, elle doit être nécessairement jugée en procédure de flagrance. »
Qui plus est, Mody Gadiaga révèle dans un entretien avec Sud Quotidien, et contre l’avis de certains juristes, qu’une infraction peut-être flagrante et donner lieu à l’ouverture d’une information judiciaire…

2 Comments

  1. Pour ceux qui auraient oublié, c’est le même professeur Gadiaga qui disait, sur une télé de la place, lors du procès de Bibo Bourgi, qui était présenté en civière:
     » Le juge peut le forcer à venir au tribunal même « bouy soukraat » (même s’il exécute ses derniers gestes avant de mourir). En commentaire, j’avais écrit que si jamais j’étais ministre de l’enseignement supérieur, il y a de ces professeurs contre lesquels je me battrais pour leur interdire de cours. Vous vous imaginez ce qu’une personne pareille distribue comme férocité chez ses étudiants ?

  2. Un vrai farceur ce gadiaga. Une girouette qui change au gré des circonstances.
    GEUMOUL DARA.

Les commentaires sont fermés.