Le président sait que les étudiants souffrent à L’UCAD…Il s’est souvenu de ses moments difficiles au Pavillon A

«Joal ! Je me rappelle». Ce beau poème du Président poète Léopold Sédar Senghor dans son recueil poétique «Chant d’ombre» a été longuement paraphrasé par SMS, hier, lors de son déplacement au campus universitaire de l’Ucad pour l’inauguration de nouveaux pavillons. C’est un Macky tout nostalgique devant des milliers d’étudiants qui se livre. «J’ai vécu 6 années durant dans l’enceinte du campus. Et en paraphrasant le président poète Léopold Sédar Senghor dans son célèbre poème Joal, je peux aussi dire Pavillon A ! Je me rappelle. Pavillon H, malheureusement détruit je me rappelle», lance-t-il sous les envolées lyriques des étudiants.
Et ce n’est pas tout. Macky Sall de poursuivre : «Je me rappelle des nuits d’Assemblée générale devant le pavillon A pour porter les mêmes combats que vous portez aujourd’hui. Je me rappelle des difficultés obtenues dans la restauration. Je me rappelle de ‘ngente toubab’. Je me rappelle des fins du mois difficiles où le ticket n’était pas disponible et qu’il fallait se contenter du pain qu’on a pu économiser pour s’assurer le repas du soir. Je me rappelle cette longue file chez ce commerçant iranien appelé Khoumainy qui assurait les fins de mois difficiles pour les étudiants. Je me rappelle d’excellents souvenirs ici», a listé Macky. Il a aussi tenu à saluer certains de ses camarades de chambre à l’époque. «Permettez mois de saluer certains de mes camarades retenus dans le bureau du Coud». Je veux citer Me Souleymane Ndéné Ndiaye, Me Papa Laity Ndiaye, Me Boubacar Koita, Moustapha Dieng, Waly Kamara et tant d’autres qui ont partagé cet espace de liberté et de responsabilité qui a affirmé mon identité», a lancé Macky Sall.