Le président Macky doit se faire du souci…Entre lui et le M23, c’est la séparation dans la douleur

Le M23 est en total désaccord avec le parti au pouvoir. Pour preuve sa dernière sortie il y a quelques jours pour demander la dissolution de l’Assemblée nationale suivie de la contre-attaque salée du président du groupe parlementaire de la majorité Moustapha Diakhaté qui les taxe de politiciens encagoulés qui viennent de montrer leur vrai visage. Preuve du fossé entre le M23 et le pouvoir, en fin avril dernier lors de son Ag, le M23 avait dans le rapport du bureau sortant reconnu, au sujet de son positionnement institutionnel, que ses «relations avec les autorités étatiques paraissent assez contrastées» avec une «rupture du dialogue, l’absence de concertation et d’implications sur plusieurs questions». Le mouvement avouant que c’est «peut-être le devoir de critique publique assumé par le M23 (qui) a dérangé et irrité les autorités dont certaines n’ont jamais daigné répondre aux correspondances du M23».
Il faut aussi noter que le M23 annonçait déjà la couleur en soulignant qu’«il serait irresponsable d’attendre que les décisions prises par le camp présidentiel soient l’objet de contestations pour chercher à agir. Il ne faut surtout pas laisser le monopole du débat aux seuls partis politiques. Il faut prendre les devants (…)». Le M23 se dit «habilité à jouer la carte de la facilitation ou de la médiation avec ou sans le partenariat d’autres organisations». Par ailleurs, le M23 compte mener le combat de «la promotion du patriotisme économique». Un point donc qui avec le combat pour une réforme constitutionnelle consolidante sur la base d’un consensus fort forment le plan d’actions 2015-2017 du M23.ire