Le « Oui » perd Touba-ville et gagne dans 386 autres cités de Touba…Macky est-il vraiment vomi chez les mourides ?

Le Khalife général des Mourides, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké, a accepté les excuses des femmes politiques pour les désagréments constatés, à Touba, lors de la campagne électorale pour le référendum. Les huées contre le président Macky Sall ont particulièrement attiré l’attention du Khalife qui a renouvelé la « fatwa » d’interdiction des activités politiques dans la ville sainte.
Au demeurant, Touba continue toujours à intéresser le régime de Macky Sall et les habitants de la ville qui n’ont pas encore dit leur dernier mot.
Ce qui est constant, c’est que le « Oui » a perdu dans la ville sainte au profit d’un « Non » incarné par la coalition « Gor sa wax dia ». Du coup, nombre d’observateurs ont vu dans cette situation, une sanction de la communauté mouride toute entière contre un régime dont le leader qui l’incarne serait impopulaire à Touba. L’analyse ne serait exacte qu’en partie. En effet, les habitants de Touba sont loin d’être en phase avec le président Sall. Et ce n’est pas forcément la faute de Moustapha Cissé Lô. Le tonitruant député n’est certes pas en odeur de sainteté avec la plupart des jeunes marabouts, mais, d’autres facteurs ont été à la base de cet état de fait.
Et parmi ces derniers, il faut souligner l’arrestation musclée de Serigne Assane Mbacké dans l’affaire Cissé Lô. Les habitants, d’après nos interlocuteurs sur place, ont été heurtés par le caractère spectaculaire de l’arrestation avec un escadron entier qui a tiré des lacrymogènes à quelques mètres de la Grande Mosquée. L’impact psychologique était très fort. Il s’en est suivi l’affaire Béthio Thioune et le fait que durant ces deux premières années au pouvoir, le président Sall ne se déplaçait qu’une fois pas an à Touba, lors du Grand Magal. Et comme il aurait dit que les marabouts sont des hommes comme les autres, nombre de Mourides ont vite fait de conclure à un mépris de la part du président de la République.
Pourtant, le président Sall a perdu Touba mais a gagné le vote Mouride. Il s’avère, en effet, que les 386 autres cités qui portent le nom de Touba ont voté pour le « Oui ». Il s’agit des cités créées par Serigne Touba lui-même pour ces fils comme Touba-Ndindi et d’autres citées que ces fils ont créé comme Touba Belel lié au nom de Serigne Abdoulahat Mbacké. Il en est ainsi de Touba Darou-Marnane, la cité de Cheikh Awa Bala Mbacké, de Touba Darou-Wahab, Touba Sam Yabal, de Touba Messerre, etc.
Dans cette même logique, la cité de Diourbel où le guide du Mouridisme a séjourné pendant 15 ans a aussi vote « Oui » majoritairement.
Une situation paradoxale qui implique, de la part du régime, une réaction pour corriger l’ambiguïté de la situation.
Serigne Modou Bousso Dieng en mission « commando »
C’est ainsi qu’en l’absence de Moustapha Cissé Lô qui a définitivement tourné le dos à la ville sainte, politiquement s’entend, le pouvoir a cherché une alternative. C’est pourquoi Serigne Modou Bousso Dieng, leader du Collectif des jeunes chefs religieux et du parti Touba (Travail, Ouverture, Unité pour bâtir l’Afrique) a été envoyé en mission « commando ». Il séjourne, depuis le référendum, dans la ville sainte pour rencontrer l’ensemble des forces sociales qui pourront aider à réorienter le vote. Joint au téléphone, il dit, avec ses lieutenants dont Serigne Abdou Lahat Mbacké et Serigne Saliou Gueye, préparer « la bataille de Touba ». À ce jour, il signale l’inscription de 12 mille personnes notamment celles qui n’avaient pas de cartes d’identités ou celles dont les cartes d’électeurs ont été perdues.
L’objectif poursuivi est de « pousser Touba à jouer un rôle plus actif lors des prochaines échéances électorales mais surtout d’éviter que les difficultés rencontrées par le président Sall ne se reproduisent lors des prochaines échéances électorales ».
C’est ainsi que des séries de rencontres sont en train d’être initiées à son domicile, notamment avec des « Sokhna » influentes, mais surtout avec des alliés du Parti démocratique sénégalais (Pds) et inconditionnels de son leader Me Wade.
Des inscriptions intenses ont aussi été initiées pour que le maximum d’habitants de la cité religieuse soit sur les listes électorales au point que Touba et alentours rivalisent avec Dakar en termes de nombre d’inscrits.
Toutefois, les artisans de cette stratégie de reconquête savent que l’opposition ne va pas se laisser faire. Aussi, elles battent des pieds et des mains pour lever toute ambigüité entre Macky et Touba d’ici 2017, date des législatives.

Rewmi

1 Comment

Les commentaires sont fermés.