Le Mouvement « Rampe » en colère contre l’APR…Sur les investitures au HCCT

Le coordonnateur de la Rencontre des acteurs et mouvements pour l’émergence (Rampe) est foncièrement contre l’attitude de certains responsables de l’Alliance pour la République (Apr), qui auraient fait fi des directives du chef de l’Etat, Macky Sall, pour les investitures des candidats au Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct).

Selon le responsable apériste, «la plupart ont usé de leur proximité avec le chef de l’Etat ou leur position pour faire leur forfaiture, contre la volonté des militants de base, contre la volonté des conseillers et celle de l’écrasante majorité  à la base de l’Apr». Selon le directeur des constructions au ministère de l’Intérieur, ces responsables qui ne jouissent d’aucune légitimité, car nommés par le chef de l’Etat, «font ce qu’ils veulent parce qu’ils estiment que la seule autorité qui peut les désavouer, c’est le président».

Par conséquent, il appelle le président de la République, Macky Sall «à siffler la fin de la récréation». Mieux, M. Dieng demande au Sg de l’Apr d’arbitrer les listes qui lui seront présentées. Ainsi, il invite Macky Sall à choisir un responsable dans chaque liste, «afin de ne pas créer des frustrés». Le responsable politique Apr à Ouakam a par ailleurs accepté la volonté du chef de l’Etat, Macky Sall de ne pas présenter de candidats Apr dans le département de Dakar, pour l’élection des membres du Haut conseil.

Pour lui, «cela dénote la sagesse du président de la République». S’expliquant, il a indiqué que non seulement c’est la coalition Taxaw Dakar qui a gagné le département lors des élections locales dernières, mais aussi que «les contradictions entre la mouvance présidentielle et Taxaw Dakar ne sont pas antagoniques». Ainsi, à son avis, «il y a toujours possibilité de négocier, parce que la plupart d’entre eux sont toujours dans le Parti socialiste qui est dans son écrasante majorité un allié fidèle et sûr».

Pour autant, il trouve que la décision de Macky n’est pas stratégiquement bonne. Pour lui, si toutefois la rupture doit être consommée demain, «il faudrait que le camp du président à Dakar puisse s’affirmer». C’est la raison pour laquelle, soutient-il, «même s’ils ne vont pas gagner, il faudrait qu’ils (responsables Apr à Dakar) s’affirment sur le terrain».

Sud Quotidien