Le ministre Mansour Faye accusé…Des retraités de son secteur touchent…18.000 francs par mois

Absence de dialogue entre les ministères et les travailleurs ; non-implication des agents opérationnels dans le processus du transfert de la maintenance et la production aux secteurs privés ; non-règlement des préoccupations des travailleurs par l’établissement d’un plan social pour les ex-agents de la Direction de l’exploitation et de la maintenance (Dem) aujourd’hui remplacée par l’Office des forages ruraux (Ofor). La liste n’est pas exhaustive. Autant de problèmes qui risquent, selon les travailleurs de l’hydraulique, de plomber ce secteur géré par le secrétaire d’Etat à l’hydraulique rurale, Diène Faye, sous la tutelle du ministère de l’Hydraulique et de l’assainissement dirigé par Mansour Faye. D’où le cri du cœur du Syndicat national des travailleurs de l’hydraulique (Snth) en Assemblée générale samedi dans la capitale du Rail. Pour le secrétaire général du Snth, Yely Coulibaly, «huit lettres ont été adressées aux autorités pour régler la situation difficile des agents de l’hydraulique et sont demeurées sans réponse. Les retraités sont conservés depuis 3 ans». Pis encore, ils ont des pensions de misère, «ils sont payés 18 000 francs Cfa par trois mois», s’étrangle le syndicaliste. A ce tableau sombre, Yely Coulibaly ajoute que «la gestion de l’hydraulique des régions de Thiès, Diourbel, Kaffrine et Fatick a été cédée dans un silence total sans concertation avec les travailleurs. Nous sommes menacés de licenciement depuis 2000. Nous avons des contrats fictifs. Tout cela à cause de Diène Faye, sous l’influence de Mansour Faye».