Le ministre des Finances Amadou Ba projette encore 10.000 milliards…

Les trois prochaines années (2017-2018 et 2019) devront porter la croissance économique du Sénégal à 7%, si le gouvernement conduit à bien le Document de programmation budgétaire économique pluriannuelle voulu dans le cadre harmonisé de gestion des finances publiques de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa), devant être effective à compter de janvier prochain. C’est qu’a soutenu hier, jeudi 30 juin, Amadou Ba, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan devant la représentation nationale, lors de la présentation d’un document introductif au débat d’orientation budgétaire 2017-2019.

En janvier prochain, le cadrage budgétaire du Sénégal à moyen terme prendra inéluctablement compte des innovations apportées par le nouveau cadre harmonisé de gestion des finances publiques de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa). Lesquelles innovations portent principalement sur l’entrée en vigueur du budget-programme ainsi que ses implications sur la conception, le vote et l’exécution du budget mais aussi sur le changement de paradigme qu’elle consacre puisque, désormais, l’attention est davantage portée sur la recherche de performance et l’évaluation des politiques publiques plutôt que la logique de moyens qui était jusqu’ici mise en avant.

Hier jeudi 30 juin, Amadou Ba, face aux députés sur le document introductif au débat d’orientation budgétaire 2017-2019 a indiqué que les recettes projetées sur la période 2017-2019 sont estimées à 9853,75 milliards de francs CFA soit une augmentation de 500 milliards de francs CFA environ par rapport au Document de programmation budgétaire économique pluriannuelle (Dpbep) 2016-2018.