Le médiateur de la république assène ses vérités…Depuis Ziguinchor

Le Médiateur de la République… « Qu’on ne mette pas en location nos terre à des étrangers qui nous transforment en ouvriers agricoles… »

A l’occasion de la 3ème université d’été du mouvement navétane, l’organisation nationale de coordination des activités de vacances (ONCAV) a choisi un thème d’actualité et d’importance capitale pour l’avenir du Sénégal et de l’Afrique : « citoyenneté active au service du développement durable et de la culture de la paix. En plus de l’importance du thème, le moment et la cible constituent un autre facteur de pertinence. Les jeunes sont visés et ces derniers sont à Ziguinchor ou s’intéressent à ce qui se dans cette région ; les phases nationales de l’ONCAV. A cette occasion, le Médiateur de la République, Alioune Badara cissé a introduit le thème Vendredi. Dans un discours accessible à tous et dans une démarche décontracté, l’éminent avocat a fait parler toute sa technicité pour faire passer le message à un auditoire acquis à sa cause. L’avenir de notre pays et celui de toutes les autres nations dépend forcément du degré de citoyenneté de ses membres. C’est toute la pesanteur du discours du Médiateur. Pour Alioune Badara Cissé, « la citoyenneté souffre et est absente dans les maisons, dans les quartiers, dans les services… » Et pour lui, cela ne favorise guère le développement. Mais en parlant de développement, Me Cissé a soulevé des préoccupations réelles. Pour lui, « le développement exige que nous mangions à notre faim, que nous allions, que nous venions, que nous ayons des égalités d’opportunité, que nous puissions cultiver la terre qui nous appartient, que nous ne la mettions pas en location à des étrangers qui nous embauchent et nous transforment en ouvriers agricoles, qu’on ne permette plus aux mairies de donner 20 mille hectares à des personnes qui vont, par la suite, la louer à d’autres… Dans un autre registre, le médiateur met en relation le manque de citoyenneté et l’insécurité intérieure et extérieure mais aussi le pillage abusif et illicite des ressources naturelles du pays notamment les forêts casamançaises.

L.BADIANE pour xibaaru.com